Force Ouvrière de Côte d'Or

Union Départementale des syndicats Force Ouvrière de Côte d'Or,2 rue Romain Rolland,Téléphone : 03 80 67 11 51, Fax : 03 80 67 01 10, E-mail : udfo21@force-ouvriere.fr, 21 000 DIJON

Airbus : LE MÉCONTENTEMENT PERSISTE

Publié le 7 Mai 2007 par UDFO21 in AFOC 21


Les propositions de la direction ne suffisent pas, de l'avis des syndicats. Certaines assemblées ont décidé la poursuite de la grève. Pour FO, les dirigeants d’Airbus, responsables de la situation, doivent faire le geste fort qu'attendent les salariés.

 

Vendredi, les salariés d’Airbus en grève à Saint-Nazaire et Nantes (Loire-Atlantique) ont reconduit à une courte majorité leur mouvement, jusqu’à mercredi. La quasi-totalité des syndicats étaient d'avis de reprendre le travail pour donner une chance des négociations salariales entamées la veille avec la direction. Lors d’une première réunion, qui s’est déroulée au siège de l’avionneur européen à Toulouse, les syndicats se sont vus proposer une augmentation de 2,5% et une prime exceptionnelle de 500 euros. Tous ont jugé ces propositions insuffisantes au regard des revendications et des attentes des salariés, qu’ils ont relayées et qu’ils maintiennent, notamment l’octroi d’une prime substantielle en remplacement des quelques euros (2,88 en moyenne par salarié) annoncé quelques jours auparavant (voir notre article du 3 mai).

«La direction nous a promis de nouvelles négociations à condition que la situation des sites de Saint-Nazaire et Nantes redevienne sereine afin de dépassionner les choses», a rapporté Yvonnick Dréno (FO), avant d’expliquer que le mouvement de grève a permis l’ouverture de discussion. «Sur le principe, la direction admet la prime exceptionnelle, elle est prête à discuter et à aller au delà,», a déclaré le délégué FO à Saint Nazaire. «Une porte s’est ouverte jeudi et pour une première réunion, ce n'est pas si mal. Nous avons appelé à suspendre le mouvement pour donner une chance aux discussions. Ce qui ne nous empêche pas, sur le fond, de juger très insuffisantes les propositions formulées par rapport aux revendications que nous sommes déterminés à faire aboutir», a ajouté FO.

Appelant également à la reprise du travail, la CFTC s’est félicitée de son côté que «la direction consent à se remettre en question en faisant un effort au travers d'une première proposition de prime». Lors de l’assemblée générale vendredi à Saint-Nazaire, selon la CGC, «seules quelques voix ont manqué à la reprise du travail». Seule la CGT, minoritaire, a soutenu, du bout des lèvres, la poursuite du mouvement. «Même si nos propositions sont différentes, nous n'entendons pas nous substituer à la volonté des salariés», a-t-elle affirmé.

Pour FO, c’est aux dirigeants d’Airbus, qui portent l’entière responsabilité de cette situation, de faire maintenant un geste fort envers des salariés se demandant «aujourd'hui où on les emmène». Et de réclamer la fixation rapide d’une nouvelle réunion de négociations.
Commenter cet article