Force Ouvrière de Côte d'Or

Union Départementale des syndicats Force Ouvrière de Côte d'Or,2 rue Romain Rolland,Téléphone : 03 80 67 11 51, Fax : 03 80 67 01 10, E-mail : udfo21@force-ouvriere.fr, 21 000 DIJON

LE CONFLIT A PRIS DE L’AMPLEUR

Publié le 18 Mai 2007 par UDFO21 in AFOC 21

Deutsche Telekomtelephone-gsm.gif
 

Quelque 15.000 salariés du groupe allemand de télécommunications se sont mis en grève vendredi dernier. Ils refusent de travailler plus pour gagner moins.

La grève chez l’opérateur allemand des télécommunications, Deutsche Telekom, a pris de l'ampleur mercredi contre un projet d’externalisation des activités de services du groupe qui prévoit le transfert de 50.000 salariés dans une filiale où les conditions de travail et de rémunération seraient très inférieures à celles en vigueur dans la maison-mère (baisse de 9% du salaire et allongement de 4 heures du temps de travail hebdomadaire).

Avec environ 15.000 salariés en grève, le mouvement s'est amplifié depuis vendredi dernier. Selon le syndicat Verdi, l'organisation du sommet du G8, qui doit se tenir début juin en Allemagne, pourrait être sérieusement perturbée. Aucun monteur ou technicien ne travaille actuellement à Heiligendamm (nord), où va se tenir le sommet, et à Kühlungsborn (nord), hôte du centre de presse, a déclaré Jürgen Sauer, porte-parole du syndicat qui avait prévenu que le conflit pourrait durer des semaines si la direction de Deutsche Telekom ne renonçait pas à son plan.

«La porte pour les négociations reste ouverte. Nous voulons trouver une solution commune avec (le syndicat) Verdi. Mais, si l'on n'arrive à aucune solution avec lui, nous pourrions être forcés de procéder à la vente de branches de services, pour maîtriser les coûts. Et pour les employés, ce serait sûrement la plus mauvaise solution», avait déclaré dimanche le président de Deutsche Telekom, René Obermann. «Il ne peut y avoir de retour à la table des négociations sur la base de la dernière proposition de Deutsche Telekom», a répondu hier le négociateur de Verdi dans ce dossier Lothar Schröder. Deux positions difficilement conciliables.

Commenter cet article