Force Ouvrière de Côte d'Or

Union Départementale des syndicats Force Ouvrière de Côte d'Or,2 rue Romain Rolland,Téléphone : 03 80 67 11 51, Fax : 03 80 67 01 10, E-mail : udfo21@force-ouvriere.fr, 21 000 DIJON

Quand Sarkozy rencontre Mailly…

Publié le 29 Août 2007 par UDFO21 in AFOC 21

xx035031.gifLA COMMUNICATION DE L’ÉLYSÉE S’EMBALLE

L'Union Départemental FO 21 2 rue Romain Rolland 21000 Dijon vous communique : 
 

Lundi, après un tête-à-tête entre le chef de l’État et le leader de FO, le porte-parole officiel a voulu faire croire que les deux hommes s’étaient entendus presque sur tout… y compris le pouvoir d’achat et l’emploi. Version contestée.

Le service communication de Nicolas Sarkozy a rendu compte de manière bien cavalière de la teneur de la rencontre d’hier entre l’hôte de l’Élysée et le secrétaire général de FO Jean-Claude Mailly, dans le cadre d’une nouvelle série de consultations avec les principaux leaders des confédérations syndicales. Ainsi, selon le porte-parole de l'Elysée David Martinon, «les débats entre les deux hommes ont été constructifs et ont permis d'enregistrer un certain nombre de convergences». Ils se sont «accordés pour qu'au-delà de la conférence qui aura lieu fin septembre entre l'Etat et les syndicats de la fonction publique, il y ait un débat élargi aux grandes confédérations et à toutes les parties intéressées par les valeurs et les missions du service public», a expliqué le porte-parole. Et si «le président de la République a enregistré l'opposition traditionnelle de FO à la franchise médicale que Jean-Claude Mailly a réitérée», à en croire M. Martinon, «sur tous les autres sujets, aucune divergence notable ne s'est manifestée, notamment sur la question du pouvoir d'achat, de l'emploi ou des conditions de travail».

De cette version, Jean-Claude Mailly n’a confirmé qu’un seul point : amorcer «une discussion approfondie sur les missions de service public». Pour le reste, «nous n'avons pas parlé des conditions de travail et l’on ne peut pas dire que nous soyons d'accords sur le pouvoir d'achat», a objecté le dirigeant de FO qui a particulièrement insisté auprès de M. Sarkozy sur la nécessité d’augmenter le pouvoir d'achat des salariés au moment où ceux-ci doivent faire face à des augmentations de prix sévères«+3,5% sur les loyers, +4,5% sur les assurances-santé privées, les augmentations du prix du pain et du lait des légumes... ». Pour les fonctionnaires, il lui a rappelé que cette question «est directement du ressort du gouvernement» tandis que pour le secteur privé, il lui a suggéré de faire intervenir les pouvoirs publics en «conditionnant par exemple les aides publiques et sociales aux entreprises à des accords sur les salaires». Sur «l’opposition traditionnelle» de FO aux franchises médicales, Jean-Claude Mailly – qui a rappelé que, selon les dernières annonces, celles-ci seraient destinées au financement de la recherche contre le cancer et la maladie d'Alzheimer – a dénoncé cette façon de faire «appel à l'émotion pour faire passer une mesure écornant encore un peu plus cet instrument essentiel de solidarité qu'est l'assurance-maladie» alors que «pour accroître l'effort de recherche médicale, ce sont les fonds publics et privés qui doivent être sollicités».

Pour FO, le gouvernement pourrait très bien se passer de ces franchises «injustes et inefficaces», en utilisant par exemple «l’argent économisé après la récente censure du Conseil constitutionnel sur les crédits d’impôts octroyés pour les emprunts immobiliers contractés avant le 6 mai. Pour la haute juridiction, cette mesure pour les prêts déjà accordés aurait «fait supporter à l'Etat des charges manifestement hors de proportion avec l'effet incitatif attendu». Des charges évaluées à 7,7 milliards d’euros que le gouvernement entend utiliser pour financer d’autres cadeaux fiscaux. Lesquels ont jusqu’à présent favorisé presque exclusivement les hauts revenus.

Commenter cet article