Force Ouvrière de Côte d'Or

Union Départementale des syndicats Force Ouvrière de Côte d'Or,2 rue Romain Rolland,Téléphone : 03 80 67 11 51, Fax : 03 80 67 01 10, E-mail : udfo21@force-ouvriere.fr, 21 000 DIJON

Les syndicats de cheminots sur le qui-vive - 291107

Publié le 29 Novembre 2007 par UDFO21 in udfo21

L' Union Départementale FO de Côte d'Or et le syndicat FO moderwht.gif Cheminots FO vous  communique : "   atention.gif  Les syndicats de cheminots sur le qui-vive "  transport-76.gif


Source Le Monde.fr et 29.11.07 | 18h23
 
 
PARIS (Reuters) 

002.gif
- Les syndicats de cheminots ont fait état de négociations mitigées lors d'une nouvelle table ronde tripartite sur les mesures d'accompagnement de la réforme des régimes spéciaux de retraite.

 

Prévues pour durer la matinée, les discussions se sont poursuivies jusqu'en milieu d'après-midi et les regards sont désormais tournés vers mardi, date de la prochaine rencontre, considérée comme cruciale par la plupart des organisations.

Le programme de cette troisième table ronde - sur cinq prévues avant le 18 décembre - aborde les points les plus contestés de la réforme comme la décote et l'indexation des pensions sur les prix, l'intégration de primes dans les pensions ou encore le rachat des années d'études supérieures.

"Un coup pour rien, c'est risqué", prévient Force ouvrière dans un communiqué diffusé à l'issue de six heures de discussions.

Si la réunion de mardi prochain devait être du même tonneau, FO "se rapprochera des autres organisations syndicales pour leur proposer une intersyndicale afin d'envisager d'ores et déjà une réaction unitaire à l'ensemble des cheminots", souligne le secrétaire général de FO-Cheminots, Eric Falempin.

SUD-Rail, qui assiste aux réunions sans négocier, refusant catégoriquement l'allongement de 37,5 à 40 ans des cotisations, estime que "la direction a simplement ressorti quelques mesures déjà annoncées".

Le syndicat, en pointe lors des neuf jours de grève ce mois-ci, y voit la confirmation de sa stratégie de bras de fer. 

"Nous aurions été plus forts en imposant des négociations à chaud, sous la pression et le contrôle direct des grévistes", souligne un communiqué.

Même la FGAAC, qui représente 30% des conducteurs et a entamé des négociations avec la direction de la SNCF dès le mois d'octobre, a fait état d'un climat "pas explosif mais pas serein". 

"Le vrai rendez-vous, c'est le 4", a déclaré à Reuters son secrétaire général, Bruno Duchemin.

La grève à la SNCF et à la RATP a été suspendue jeudi dernier après neuf jours de blocage dans l'attente de l'issue des négociations, mi-décembre.

JOURNÉE D'ACTION LE 6 DÉCEMBRE ?

Mercredi, les négociations sur la réforme ont également calé dans l'énergie - alors qu'elles avaient été montrées en exemple par le gouvernement, débutant au plus fort de la grève dans les transports publics.

Faute de résultats lors d'une nouvelle rencontre prévue mardi, les syndicats des gaziers et électriciens ont prévenu qu'ils appelleraient à une journée d'action le 6 décembre.

Des voix s'élèvent à la SNCF pour une mobilisation commune.

"Tout le monde se regarde et à un moment donné les uns et les autres souhaiteront rester au même niveau de mobilisation", explique-t-on à la CFTC.
 
"La CGT Energie appelant à l'action, on voit mal comment la CGT-Cheminots pourrait faire moins", souligne une autre source syndicale.

Pour peser sur les négociations, les cheminots sont appelés à des rassemblements devant les directions régionales de la SNCF mardi.

"Les discussions sont dans un état intermédiaire. Il suffirait de peu pour que ça rebascule dans le conflit", a déclaré à Reuters le secrétaire général adjoint de la CFTC-Transports, Roger Dillenseger.

Au niveau des propositions, "on est un peu en retrait de ce qui avait été avancé le 21 (novembre, lors de la précédente table ronde) mais il ne faut surtout pas de marche arrière", a-t-il fait valoir.

Selon plusieurs sources syndicales, la réunion jeudi a permis de décider que la mise à la retraite d'office, la "clause couperet", disparaîtra au 1er juillet 2008. "Elle tombe. Le cheminot conserve le choix de la date de son départ à la retraite", se félicite-t-on à la CFTC.

De plus, ont été actées au niveau salarial l'augmentation de 0,5% par semestre dans la limite de 2,5% travaillé au-delà de l'âge de l'ouverture des droits à la retraite pour tous les cheminots - 55 ans pour la plupart, 50 ans pour les conducteurs - ainsi que la création d'un échelon supplémentaire.

En revanche, la direction de la SNCF a qualifié de "mesure réservée spécifiquement à la conduite" l'augmentation de salaire de 2,5% six mois avant le départ à la retraite mais ce point reste en discussion, selon plusieurs délégués syndicaux.

170.gif

Commenter cet article