Force Ouvrière de Côte d'Or

Union Départementale des syndicats Force Ouvrière de Côte d'Or,2 rue Romain Rolland,Téléphone : 03 80 67 11 51, Fax : 03 80 67 01 10, E-mail : udfo21@force-ouvriere.fr, 21 000 DIJON

LOGEMENT, LE DOUBLE DISCOURS DE L’EXÉCUTIF - 111207

Publié le 11 Décembre 2007 par UDFO21 in AFOC 21

fo-ud-21.jpg

Questions de bon sens
 
Article d'Andrée Thomas, Secrétaire confédérale, paru dans FO Hebdo n°2828
/// Secteur Juridique
Prud'hommes - AFOC - Logement social
 

Le président de la République a annoncé trois mesures dans le domaine du logement lors de son intervention télévisée du 29 novembre dernier consacrée au pouvoir d’achat des Français, à savoir: limitation de la hausse des loyers à l’inflation; la réduction du dépôt de garantie qui passerait de 2 à 1 mois; la suppression de la caution.

La limitation de la hausse des loyers à l’inflation pourrait être une mesure de bon sens, à condition que les pouvoirs publics s’engagent réellement à garantir la qualité de la construction des logements, en particulier sociaux, mais aussi le volume nécessaire de la maintenance afin d’éviter la dégradation du patrimoine et l’augmentation des charges qui déjà explosent. Sur ce dernier point d’ailleurs, le silence présidentiel est tristement éloquent car si la fixation du loyer est importante en soi, ce que regardent les locataires c’est le bas de la quittance, c’est-à-dire le loyer plus les charges.

C’est donc que l’engagement présidentiel sur une hausse maximale des loyers et charges limitée à celle des prix serait la bienvenue, car cela impliquerait la mobilisation de tous les partenaires qui œuvrent à l’offre locative.

Concernant la réduction du dépôt de garantie qui passerait de 2 à 1 mois, et la suppression de la caution, le président les a complétées par l’annonce d’un dispositif mutualiste. C’est une proposition dont Force Ouvrière ne peut que se réjouir car elle s’inscrit pleinement dans l’objectif que les partenaires sociaux se sont fixé avec l’État à travers le dispositif de la Garantie des risques locatifs (GRL).

Cependant, la généralisation du système va générer pour l’État un engagement financier fort, ce qui peut paraître paradoxal au regard de la réaffirmation d’une France aux caisses vides!

Où va-t-on trouver l’argent? Chez les salariés encore? Ils ont déjà assez donné!

En outre, la mise en place de la Garantie des risques locatifs suppose non pas la réduction du dépôt de garantie, mais sa suppression pure et simple, ce que Force Ouvrière n’a eu de cesse de revendiquer ces dernières années.

Enfin, le jour où le président de la République s’engage auprès des Français sur le pouvoir d’achat, le gouvernement ne se place pas au même niveau, il n’est pas capable de présenter au Conseil national de l’habitat une actualisation des barèmes (plafonds de revenus et aides proprement dites) qui allège le poste de dépense logement dans le budget des ménages. Chacun sait que son évolution, ces dernières années, impose des sacrifices supplémentaires aux familles et aggrave la pauvreté en France.

Force Ouvrière se tient néanmoins prête au dialogue sur les différents éléments, tout en revendiquant la création d’un bouclier logement qui exigerait une législation limitant la dépense maximale logement dans le budget des ménages. 

Bandeau-Bas.jpg
Commenter cet article