Force Ouvrière de Côte d'Or

Union Départementale des syndicats Force Ouvrière de Côte d'Or,2 rue Romain Rolland,Téléphone : 03 80 67 11 51, Fax : 03 80 67 01 10, E-mail : udfo21@force-ouvriere.fr, 21 000 DIJON

Auchan s'attaque au temps partiel subi - 160308

Publié le 16 Mars 2008 par UDFO21 in AFOC 21

 

L'enseigne a annoncé, le 27 février, qu'elle s'engageait à faire passer tous les salariés à temps partiel qui le souhaitent aux 35 heures, d'ici à la fin de l'année 2009.

 

Travailler 30 heures en caisse et 5 heures au rayon pâtisserie : voilà un exemple du nouveau contrat imaginé par le géant nordiste de la grande distribution pour lutter contre le temps partiel subi. La mesure est susceptible de concerner les 8 000 salariés d'Auchan qui travaillent entre 30 et 35 heures. En effet, en vertu d'un nouveau contrat salarial, signé en septembre 2007, le volontariat est obligatoire pour tout horaire de travail inférieur à 30 heures. Au total, 17 000 personnes sur les 50 000 que compte le groupe sont employées à temps partiel, soit 34 % de l'effectif.


Réorganisation

« C'est toute notre organisation du travail qui doit être repensée », souligne Arnaud Mulliez, le président d'Auchan France. Avec trois conditions : une meilleure planification des tâches, le développement de la «bicompétence» des salariés et la modulation des heures de travail sur la semaine. « Cette nouvelle organisation n'est pas sans susciter des résistances, précise Philippe Baroukh, le directeur général. Du côté des chefs de rayon, qui peuvent craindre d'avoir à gérer des salariés insuffisamment concernés par leur seconde activité, comme des salariés, qui s'inquiètent d'avoir désormais deux «patrons» au lieu d'un. »

Menée avec succès dans le magasin de Melun, depuis le 1er novembre 2007, une première expérimentation a été présentée au début de février à l'ensemble des directeurs : 35 salariés sur les 99 à temps partiel du magasin (21 % de l'effectif) ont ainsi accepté une biactivité. « Nous avions environ un millier d'heures de variation d'activité chaque mois, majoritairement comblé par le recours aux intérimaires, précise Emmanuel Zeller, le directeur du magasin. La biactivité représente, aujourd'hui, 765 heures mensuelles. »


Nouveaux métiers

Pour les salariés concernés - des femmes à 90 %, essentiellement hôtesses de caisse -, la biactivité représente « une découverte de nouveaux métiers » ; « la fin de la routine » ; « une façon d'augmenter sa retraite. » Pour une caissière avec six mois d'expérience, un passage de 30 à 35 heures représente 200 euros brut supplémentaires par mois.

A ce jour, 25 magasins sur 116 000 en France ont choisi de lancer la démarche. Le «temps complet choisi» devrait être opérationnel dans l'ensemble du réseau avant la fin de 2009.

AURORE DOHY

Entreprise & Carrières du 04 au 10/03/2008
Commenter cet article