Force Ouvrière de Côte d'Or

Union Départementale des syndicats Force Ouvrière de Côte d'Or,2 rue Romain Rolland,Téléphone : 03 80 67 11 51, Fax : 03 80 67 01 10, E-mail : udfo21@force-ouvriere.fr, 21 000 DIJON

LE GOUVERNEMENT SE DÉVOILE AUJOURD’HUI - 280408

Publié le 28 Avril 2008 par UDFO21 in FO Retraites

L'UNION DEPARTEMENTALE FORCE OUVRIERE DE COTE D'OR COMMUNIQUE :

Retraites


Tout au long de la journée, le ministre du Travail, Xavier Bertrand, va recevoir les syndicats en rencontres bilatérales pour leur confirmer le passage à 41 ans de cotisation et...ouvrir les hostilités.

 
Allongement d'ici 2012 de la durée de cotisation et énième plan de d’incitation à l'emploi des seniors, voilà à quoi pourrait ressembler la future «réforme» des retraites. Le ministre du Travail, Xavier Bertrand, devrait le confirmer aujourd’hui aux syndicats qu’il recevra à tour de rôle tout au long de la journée. Comme le soulignait il y a quelques jours, Jean-Claude Mailly (FO), les discussions risquent d’être «mal barrées» dans ces conditions.

Afin de justifier l'allongement de la durée de cotisation de 40 à 41 ans pour une retraite à taux plein, de l’Elysée à Matignon, on prétend s’appuyer sur loi Fillon de 2003. «Il est prévu 41 ans à horizon de 2012 sauf s'il y a un fait nouveau (…) Or, il n'y en a pas», a ainsi réaffirmé jeudi le Chef de l’Etat, Nicolas Sarkozy. Sauf que, comme l’a rappelé le principal promoteur syndical de ladite loi, François Chérèque (CFDT), le pouvoir exécutif «a oublié un élément important : dans la loi il est marqué que le gouvernement pouvait ajuster le passage à 41 ans s'il n'y avait pas une évolution du taux d'activité des personnes de plus de 50 ans». En fait, le gouvernement le sait bien puisqu’il n’a eu de cesse d’affirmer qu’il voulait dans le même temps améliorer l'emploi des seniors, dont le taux d’activité actuelle (38,1% pour les 55-64 ans) le désespère au vu de la moyenne de l'UE (43,5%). Mais, c’est histoire de rendre sa réforme acceptable.

M. Bertrand a promis la semaine dernière d’engager «d’ici l’été» un nouveau plan senior prévoyant des mesures incitatives pour encourager les entreprises à garder leurs seniors. Il a évoqué notamment la possibilité de favoriser le temps partiel des salariés âgés via un aménagement de leur poste et le «tutorat» (transmission des savoirs aux jeunes générations). L’idée un temps avancée d’instituer une taxe pour sanctionner les entreprises qui refuseront de jouer ce jeu semble, quant à elle, abandonnée. La ministre de l’Economie, Christine Lagarde s’est en effet félicitée dimanche «d'avoir réussi à convaincre (ses) collègues (…) qu'un système coercitif, un système de quotas n'était pas un bon système». A défaut de sanctions, le gouvernement plancherait désormais sur un dispositif d'aides publiques à destination des entreprises qui embaucheraient des seniors. En revanche côté salariés, la suppression de la dispense de recherche d'emploi pour les chômeurs de plus de 57,5 ans semble acquise.

«Quand bien même le gouvernement annoncerait de nouvelles mesures en faveur des plus de 55 ans, il faudra se laisser le temps de voir si elles sont efficaces», juge Jean-Claude Mailly (FO) dans un entretien au journal La Tribune, daté d’aujourd’hui, où il rappelle qu’il est «tout à fait soutenable financièrement de bloquer à 40 ans» la durée de cotisation. «La charge supplémentaire s'élèverait à un peu plus de 4 milliards pour les secteurs public et privé à l'horizon 2020. Si nous ne sommes pas capable de dégager de telles sommes en douze ans, c'est problématique», a-il noté, alors que FO a proposé plusieurs «pistes de financement» comme la taxation des «bénéfices non réinvestis», l’assujettissement aux cotisations des dispositifs d’intéressement, de participation et des stock-options». Autant de propositions que l’exécutif a jusque-là ignorées. C’est pourquoi, selon Jean-Claude Mailly, «la seule chose qui peut faire reculer le gouvernement, c'est une mobilisation forte». Sachant que tous les syndicats, chacun pour ses propres motifs, sont hostiles au passage à 41 ans, ils pourraient trouver là matière à un mouvement unitaire. FO a d’ores et déjà proposé d’appeler à une mobilisation interprofessionnelle le 15 mai. Et sa proposition sera sans doute discutée mardi dans le cadre d’une intersyndicale réunissant FO, CFDT, CFTC, CGC et CGT.


http://www.force-ouvriere.fr/ - Jour après jour

Commenter cet article