Force Ouvrière de Côte d'Or

Union Départementale des syndicats Force Ouvrière de Côte d'Or,2 rue Romain Rolland,Téléphone : 03 80 67 11 51, Fax : 03 80 67 01 10, E-mail : udfo21@force-ouvriere.fr, 21 000 DIJON

LA PLUS FORTE HAUSSE MENSUELLE DEPUIS 1993 - 300908

Publié le 1 Octobre 2008 par UDFO21 in AFOC 21

LE SERVICE COMMUNICATIONS DE L'UNION DEPARTEMENTALE FORCE OUVRIERE DE COTE D'OR COMMUNIQUE :

Chômage

Le nombre d'inscriptions à l’ANPE a bondi de 2,2% en août, soit 41.300 personnes de plus par rapport à juillet. Le gouvernement ne semble pas vraiment prendre la mesure du problème qui relève avant tout de sa politique économique de l'emploi.

 
Pas moins de 41.300 chômeurs supplémentaires se sont inscrits en août à l’ANPE (+2,2% par rapport à juillet). C’est la plus forte hausse mensuelle enregistrée depuis mars 1993. Le chômage (officiel) touche désormais 1.949.600 personnes.

Aucune catégorie n’a été épargnée par ce bond spectaculaire. Pour les 25-49 ans, les inscriptions ont progressé ainsi de 2,6% sur un mois (1,306 million de personnes). Le nombre de salariés privés d’emploi de plus de 50 ans a augmenté de 2,9% pour atteindre 292.000 personnes, (un chiffre n'intégrant pas les quelque 365.000 seniors sans activité mais dispensés de recherche d'emploi). Les chômeurs de longue durée (plus d'un an à l'ANPE) ont augmenté de 3,4% (493.700 personnes), et parmi eux, le nombre de demandeur d’emplois inscrits depuis un à deux ans est en hausse de 2,9% tandis que celui des inscrits de plus de trois ans a bondi de 3,8%. Enfin, on compte 350.700 de chômeurs de moins de 25 ans (+0,1%). Quant au nombre de chômeurs inscrits (hors activité réduite) qui sont prêts à accepter un temps partiel, un CDD ou une mission d'intérim, il a grimpé de 1,5% (+30.100) pour atteindre désormais 2,038 millions de personnes.

Hier soir à Bercy, à l’issue d'une «réunion de crise» avec les administrations et organismes concernés par «la lutte contre le chômage» (ANPE, AFPA UNEDIC ...), le secrétaire d'Etat à l'Emploi, Laurent Wauquiez, a déclaré qu'«on rentrait dans une situation plus difficile en termes d'emploi» notamment en raison de la crise financière internationale. Laquelle crise risque d’être pour un moment le leitmotiv de l’exécutif pour expliquer tous les maux économiques et sociaux du pays. Une sorte d’écho au discours de Toulon prononcé jeudi dernier par le président Nicolas Sarkozy qui avait lancé: «la crise actuelle aura des conséquences dans les mois qui viennent sur la croissance, sur le chômage, sur le pouvoir d'achat». Et une manière de minimiser la portée des décisions prises depuis quinze mois (bouclier fiscal et autres mesures sans contrepartie octroyée aux entreprises). Rappelons que cette crise-ci n’avait pas encore frappé, quand les destructions de postes dans l’industrie s’accumulaient sans être contrebalancés par des créations d'emplois salariés marchands (+34.000 en 2008).

Sur le fond, pour M. Wauquiez, «la dégradation très nette de l'intérim a été le premier facteur d'augmentation (du chômage). Le deuxième c'est la situation des chômeurs de plus de 50 ans (…). Le troisième, c'est que (...) les entrées en formation pour les demandeurs d'emploi n'ont pas été à la hauteur de ce qu'on attendait sur le mois d'août». Ce qui revient à dire que les emplois précaires et les entrées en formation ne suffisent plus à sortir en masse les chômeurs des listes de l’ANPE.

Au niveau des solutions, le secrétaire d'Etat à l'Emploi a plaidé en faveur de mesures «concrètes» et «efficaces», passant notamment par l'accélération du déploiement des contrats d'autonomie dans les quartiers (emploi banlieue) et des 45.000 contrats aidés ainsi que par la relance du plan «seniors», alors même que le budget des actions de l'Etat en faveur de l'emploi et de la lutte contre le chômage baissera de 5,2% en 2009 et encore davantage en 2010 (-9,1%), selon le projet de Loi de Finances présenté vendredi dernier.

Il s'est également prononcé pour une aide à la mobilité des demandeurs d'emploi. Un «demandeur d'emploi qui n'a pas de permis de conduire ou qui n'a pas de voiture ou de scooter restreint son aire de recherche à 3 km. Je préfère qu'on lui paie un permis de conduire ou qu'on lui mette à disposition une voiture ou un scooter pour qu'il puisse avoir une recherche sur périmètre de 30 km», a-t-il dit.

Sinon, M. Wauquiez entend accélérer le calendrier de la réforme de la formation professionnelle et surtout le suivi personnalisé du demandeur d'emploi dans le cadre de la fusion ANPE-ASSEDIC. En clair, il veut rapidement voir mise en œuvre la loi sur les «droits et devoirs des demandeurs d'emploi» et le «suivi de la recherche d'emploi» qui durcit les conditions d’indemnisation des chômeurs (voir notre article du 17 septembre 2008).

Après avoir souligné que les derniers chiffres du chômage montrent que les améliorations sur le front de l'emploi de «ces dix derniers mois» relevaient surtout d'une «illusion d'optique», FO a réclamé hier «au delà de l’incantation et des simples effets d’annonce, une réelle politique de soutien de la consommation et du pouvoir d’achat, des mesures fortes afin de dynamiser la croissance ainsi qu’une réelle politique de développement industriel du pays».
Commenter cet article