Force Ouvrière de Côte d'Or

Union Départementale des syndicats Force Ouvrière de Côte d'Or,2 rue Romain Rolland,Téléphone : 03 80 67 11 51, Fax : 03 80 67 01 10, E-mail : udfo21@force-ouvriere.fr, 21 000 DIJON

CRISE ÉCONOMIQUE : URGENCE À RENFORCER LE RÔLE DE L’OIT - 241108

Publié le 24 Novembre 2008 par UDFO21 in AFOC 21

LE SERVICE COMMUNICATIONS DE L'UNION DEPARTEMENTALE FORCE OUVRIERE DE COTE D'OR VOUS INFORME DE :

La réunion du Conseil d’administration de l’OIT (Organisation Internationale du Travail) a pris fin aujourd’hui à Genève. Cette réunion a été l’occasion de débattre du rôle de l’OIT face à la crise économique et financière.

Depuis plusieurs années déjà, FO plaide avec les syndicats au plan international pour que soient révisées les règles qui prévalent dans le fonctionnement des échanges internationaux (FMI, Banque Mondiale, OMC), et qui donnent la priorité au libre échange, toute réglementation, y compris sociale, étant vue comme un obstacle.

Désormais le respect des normes du travail : liberté syndicale et droit de négociation collective, interdiction du travail forcé et du travail des enfants, non discrimination, protection sociale collective, doit l’emporter.

C’est à cette fin que le mouvement syndical international en appelle à un rôle majeur de l’OIT dans le système international. L’OIT est à la fois la plus ancienne des organisations des Nations unies et la seule fondée sur le dialogue social tripartite entre représentants des travailleurs, des employeurs et des gouvernements.

FO a de nouveau soutenu cette position à l’occasion de la réunion syndicale internationale à Washington à la veille du G20 et Jean Claude Mailly, Secrétaire général, avait réaffirmé cette position devant le Président de la République qui recevait les confédérations syndicales françaises en vue de la réunion du G20.

FO ne peut donc que se féliciter que le Président de la République ait adressé hier un message au Conseil d’administration de l’OIT appelant celle-ci à faire entendre sa voix dans le débat, reconnaissant ainsi le rôle déterminant qui doit être le sien.

FO attend maintenant que ce message se traduise concrètement au plan international, alors que la déclaration des Chefs d’Etat et de gouvernement du G20 ne mentionne pas l’OIT.

Au plan national, la cohérence demande que soit mis fin aux politiques restrictives et de déréglementation sur le plan social qui prévalent aujourd’hui en France.


Commenter cet article