Force Ouvrière de Côte d'Or

Union Départementale des syndicats Force Ouvrière de Côte d'Or,2 rue Romain Rolland,Téléphone : 03 80 67 11 51, Fax : 03 80 67 01 10, E-mail : udfo21@force-ouvriere.fr, 21 000 DIJON

Crise économique - 251108

Publié le 25 Novembre 2008 par UDFO21 in AFOC 21

LE SERVICE COMMUNICATIONS DE L'UNION DEPARTEMENTALE FORCE OUVRIERE DE COTE D'OR VOUS INFORME DE :

VERS «UNE MOBILISATION MASSIVE DES SALARIÉS AU DÉBUT DE L’ANNÉE 2009»

Tous les syndicats veulent faire «aboutir leurs revendications sur l’emploi, le pouvoir d’achat (…), les protections sociales et les conditions d’une relance économique». Pour FO, cela doit passer forcément par une «grève interprofessionnelle».

 
Les organisations syndicales (FO, CFDT, CFE-CGC, CFTC, CGT FSU, Solidaires et UNSA), ont annoncé lundi leur volonté d’œuvrer ensemble à «une mobilisation massive des salariés au début de l'année 2009», à l’issue d’une intersyndicale qui s’est tenue dans les locaux de la CFDT. Il s’agit de faire aboutir les revendications des salariés «sur l’emploi, le pouvoir d’achat, les garanties collectives, les protections sociales, les conditions d’une relance économique», indique un communiqué commun qui explique «que les salariés, les retraités, les demandeurs d’emploi sont les premiers à payer une crise dont ils ne sont pas responsables».

Alors que «dans de nombreuses entreprises, les salariés sont contraints d’utiliser leurs jours RTT pour faire face aux baisses d’activité» et que «d’autres subissent du chômage technique, les plans sociaux» ou se «retrouvent au chômage», les syndicats jugent notamment tous inacceptable la poursuite la politique de suppressions d’emplois dans la fonction publique engagée par le gouvernement et qui a déjà «conduit à de nombreuses réactions et mobilisations».

Le principe d’une mobilisation étant désormais acquis, reste à «préciser les modalités » et à «arrêter le contenu» d’une telle action. Pour cela, les syndicats ont convenu de se réunir à nouveau le 15 décembre 2008 et le 5 janvier 2009. FO, qui souhaite «continuer à travailler ensemble tout en portant ses revendications» propres, a rappelé que seule «une «grève massive interprofessionnelle», serait à même d’infléchir la politique du gouvernement inspirée par le MEDEF.
Commenter cet article