Force Ouvrière de Côte d'Or

Union Départementale des syndicats Force Ouvrière de Côte d'Or,2 rue Romain Rolland,Téléphone : 03 80 67 11 51, Fax : 03 80 67 01 10, E-mail : udfo21@force-ouvriere.fr, 21 000 DIJON

AVIS DE TEMPÊTE LE 29 JANVIER ! - 280109

Publié le 28 Janvier 2009 par UDFO21 in AFOC 21

LE SERVICE COMMUNICATIONS DE L'UNION DEPARTEMENTALE FORCE OUVRIERE DE COTE D'OR VOUS INFORME DE :



La «journée nationale de mobilisation interprofessionnelle» s’annonce massive. Pas un secteur d’activité ne sera épargné par le mouvement de grève et de manifestations.

Pour FO, l'exécutif serait :




 de ne pas répondre aux revendications.

 
Salariés chômeurs et retraités vont assurément donner de la voix jeudi prochain, à l’occasion de la «journée nationale de mobilisation interprofessionnelle».
Décidée peu avant Noël par l’ensemble des syndicats (FO, CFDT, CFTC, CFE-CGC, CGT, FSU, UNSA, Solidaires), cette journée se traduira par des grèves et des manifestations dans tout le pays. Il s’agira «d’interpeller les entreprises, le patronat et l’Etat» pour que soient prises des «mesures urgentes en faveur de l'emploi, des rémunérations» des salariés – «premières victimes» d’une crise dont «ils ne sont en rien en rien responsables» – dans le cadre d’une vraie politique de relance économique, souligne le mot d’ordre syndical diffusé le 5 janvier dernier.

Ce mot d’ordre a trouvé depuis un écho retentissant partout en France où les salariés du privé et du public ont été appelés à se mobiliser pour défendre l’emploi, exiger des augmentations générales des salaires et des minima sociaux ainsi que le pouvoir d’achat des retraités et des chômeurs. Rappelons que conformément au mandat de ses instances, la confédération FO a appelé pour sa part, ses structures (Unions départementales, Fédérations professionnelles, Unions des retraités…) à faire du 29 janvier une «journée de grève interprofessionnelle».

Au regard du nombre de manifestations – environ 200 cortèges sont programmés dans tout le pays – et surtout des grèves prévues jeudi prochain par les syndicats, tout indique que la mobilisation aura une ampleur inégalée depuis des années. Tant la «colère des salariés» est grande, pas un secteur d’activité ne sera pas épargné, rapporte FO.

Des appels à la grève et à manifester ont été lancés auprès de tous les agents de la fonction publique d'Etat, territoriale et hospitalière. Une fois n’est pas coutume, le ministère de la Justice sera particulièrement touché par le mouvement. Les syndicats des magistrats ont appelé en effet à la mobilisation pour bien marquer leur hostilité au «démantèlement du service public de la justice». FO-Magistrats organisera notamment des rassemblements dans les palais de justice. Dans l’Education nationale, outre les personnels de la maternelle à l’université, les syndicats de lycéens et étudiants (UNEF, UNL et FIDL) et les associations de parents d’élèves (FCPE) ont décidé de se joindre au mouvement. Des appels à cesser le travail ont été lancés également dans l’audiovisuel public, à France Télécom, à La Poste, à EDF, à GDF-Suez, à la Banque de France, à l'AFPA (Association pour la formation professionnelle des adultes), tout comme dans le service public de l'emploi (ANPE UNEDIC). Par ailleurs, plusieurs associations de handicapés et de chômeurs ont décidé de battre le rappel pour le 29.

Dans les transports, plusieurs syndicats de la SNCF et de la RATP ont déposé un préavis de grève national (de mercredi 20h à vendredi 8h). La province ne sera pas en reste puisque des préavis de grève, pouvant aller jusqu’à 24 heures, ont été déposés dans au moins 77 villes. Dans les aéroports, un appel à la grève de 24 heures a été lancé, notamment à la Direction générale de l'aviation civile (DGAF).

Dans le privé, les salariés devaient aussi se mobiliser en masse, notamment dans les banques où les appels à la grève se sont notamment multiplié ces derniers jours (LCL, Crédit agricole, Caisse d'Epargne, Banques populaires BNP…). Des appels divers à débrayer ont été également lancés chez Renault chez PSA Peugeot-Citroën, chez les pilotes d'hélicoptère, chez les employés des remontées mécaniques des cinq massifs français, chez le leader européen du conseil en infrastructures réseaux et systèmes Devoteam et même chez l'opérateur boursier NYSE-Euronext. Bien entendu, cette liste est loin d’être exhaustive. Elle l’est d’autant moins qu’il est difficile de recenser tous les appels à la grève dans le privé.

«La mobilisation sera très forte avec des taux de grève plus importants que d'habitude, y compris dans le privé», Mais une chose est sûre, a déclaré le leader de FO Jean-Claude Mailly, avant d’ajouter,

«le gouvernement devra répondre très rapidement après le 29 janvier car «ne pas répondre serait irresponsable».


Commenter cet article