Force Ouvrière de Côte d'Or

Union Départementale des syndicats Force Ouvrière de Côte d'Or,2 rue Romain Rolland,Téléphone : 03 80 67 11 51, Fax : 03 80 67 01 10, E-mail : udfo21@force-ouvriere.fr, 21 000 DIJON

du motif économique aux départs volontaires - 310109

Publié le 31 Janvier 2009 par UDFO21 in Edito In'fo

 

LE SERVICE COMMUNICATIONS DE L'UNION DEPARTEMENTALE FORCE OUVRIERE DE COTE D'OR VOUS INFORME DE :

du motif économique aux départs volontaires


Un dossier spécial consacré aux licenciements pour motif économique. Quelles sont les nouveautés de la Cour de cassation, du législateur et des partenaires sociaux ? Quel est le point de vue des praticiens ? Tendances…


 

La crise est là. Avec son cortège de mauvaises nouvelles pour l’emploi des salariés. En amont, avant l’annonce fatidique du plan de sauvegarde de l’emploi (PSE), les bonnes vieilles recettes sont mobilisées : arrêt de l’intérim, fin des contrats à durée déterminée, JRTT imposées combinées à un recours massif au chômage partiel, départs en formation dans le meilleur des cas…, sous le regard des directions départementales du travail. La rapidité et la sévérité des ajustements frappent.
Si les effets escomptés n’ont pas lieu, l’entreprise peut se voir contrainte de s’engager dans une nouvelle phase, celle des réductions d’effectifs, sous le regard cette fois conjoint de l’administration et surtout du juge.


Depuis le début des années  90, la chambre sociale de la Cour de cassation a  beaucoup œuvré en la matière du licenciement économique. Sous son impulsion, des questions ont été réglées : les contours du motif économique et son élasticité, l’obligation de reclassement et son périmètre, la procédure consultative et ses incidents éventuels. Le mode d’emploi est connu et les acteurs maîtrisent les règles. N’y aurait-il rien de nouveau sur cette thématique, si ce n’est son actualité brûlante ?


C’est un peu court. Les partenaires sociaux s’activent et négocient sur la gestion prévisionnelle des emplois et des compétences (GPEC) et la convention de reclassement personnalisé (CRP). De son côté, la Cour de cassation n’est pas en reste. Affaire après affaire, elle lâche ses solutions. En ce moment, elle s’attache à préciser le champ d’application du PSE, au regard des conditions d’effectifs et du nombre de licenciements lorsque la société est étrangère ou bien lorsque l’entreprise fait partie d’une UES. Elle précise au fil des arrêts le régime de la rupture amiable pour motif économique. Et demain, lorsque les PSE se seront multipliés, ne devra-t-elle pas à nouveau sortir du bois ?

 

 

Lire l'intégralité du dossier en pdf



Semaine Sociale Lamy, 3/02/2009



Liens : http://www.wk-rh.fr/actualites/detail/8039/licenciement-economique-du-motif-economique-a-la-rupture-amiable.html
http://www.wk-rh.fr/actualites/detail/3876/quelques-aspects-pratiques-de-la-rupture-conventionnelle.html
http://www.wk-rh.fr/actualites/detail/8035/un-accord-sur-la-formation-professionnelle-ouvert-a-la-signature.html
Commenter cet article

d49ob5we51 02/01/2020 23:04

11 New music That will help you Analysis, Emphasis, and also Craft When you are Sick and tired of Common Songs