Force Ouvrière de Côte d'Or

Union Départementale des syndicats Force Ouvrière de Côte d'Or,2 rue Romain Rolland,Téléphone : 03 80 67 11 51, Fax : 03 80 67 01 10, E-mail : udfo21@force-ouvriere.fr, 21 000 DIJON

APPEL À UNE NOUVELLE MOBILISATION DES SALARIÉS LE 19 MARS - 110209

Publié le 11 Février 2009 par UDFO21 in AFOC 21

LE SERVICE COMMUNICATIONS DE L'UNION DEPARTEMENTALE FORCE OUVRIERE DE COTE D'OR VOUS INFORME DE :

Emploi, salaires, service public


«Le contenu et les modalités de cette journée d’action interprofessionnelle» dépendront des résultats de la réunion prévue à l’Élysée le 18 février, ont indiqué les syndicats qui veulent maintenir ainsi la pression sur l'exécutif et le patronat.

  Une nouvelle mobilisation interprofessionnelle aura lieu le 19 mars…à moins que le gouvernement et le patronat se décident d’ici là à répondre aux revendications exprimées avec force le 29 janvier par 2,5 millions de salariés du privé et du public.

Voilà le sens du message envoyé lundi soir par l’intersyndicale (FO, CFDT CFTC, CGC, CGT, FSU, UNSA et Solidaires).

Pour les syndicats, il s’agit ainsi de maintenir le rapport de force en vue de la réunion du 18 février à l'Elysée annoncé jeudi dernier par le président Nicolas Sarkozy
(voir notre article du vendredi 6 février 2009).
Ils se retrouveront dès «le 23 février pour évaluer les résultats» de ce rendez-vous tripartite (État, patronat et syndicats) et «préciser le sens, le contenu et les modalités de cette journée sur la base de leur déclaration intersyndicale du 5 janvier», c’est-à-dire, «donner la priorité au maintien des emplois (…), améliorer le pouvoir d’achat, réduire les inégalités salariales, préserver et améliorer les garanties collectives».
Ce qui suppose de réorienter la «relance économique vers l’emploi et le pouvoir d’achat», soulignent-ils.


Au nom de FO, Michèle Biaggi

a expliqué qu’«il faut pour cela, augmenter les salaires, via notamment "un coup de pouce au SMIC" et imposer un plan de relance par la consommation des ménages en infléchissant la politique gouvernementale sur le pouvoir d'achat et le chômage».
Car, a t-elle ajouté, «aider l’investissement dans les entreprises ne suffira pas. Si les gens n'ont pas les moyens de consommer, la relance de l’économie française ne pourra pas se faire!
Et qu’on ne nous dise pas qu’une relance par la consommation favoriserait les importations au moment où le Sénat relève que les produits importés ne représentent que 12,7% des dépenses dans la consommation des foyers ayant les plus bas revenus».
Sachant que toute hausse des salaires a été écartée d’un revers de main la semaine dernière par M. Sarkozy, les syndicats sont déterminés à mettre ce sujet au centre de leurs discussions à l’Elysée.
FO demandera le conditionnement des «exonérations de cotisations sociales (31 milliards d’euros) à l'existence d'accord sur les salaires» mais aussi «le contrôle public des licenciements», a déclaré, ce matin sur France 2, son leader Jean-Claude Mailly.

Les organisations syndicales auront l’occasion de rappeler l’ensemble de leurs revendications au cours des entretiens bilatéraux qui se dérouleront cette semaine avec plusieurs ministres du gouvernement et qui doivent préparer la réunion du 18 février.
Commenter cet article