Force Ouvrière de Côte d'Or

Union Départementale des syndicats Force Ouvrière de Côte d'Or,2 rue Romain Rolland,Téléphone : 03 80 67 11 51, Fax : 03 80 67 01 10, E-mail : udfo21@force-ouvriere.fr, 21 000 DIJON

PROTOY FIN DE LA GREVE - 260409

Publié le 26 Avril 2009 par UDFO21 in AFOC 21

LE SERVICE COMMUNICATION DE L'UNION DEPARTEMENTALE FORCE OUVRIERE DE COTE D'OR VOUS INFORME DE :






L'entreprise Protoy de Dijon a connu une grève mercredi 22 avril à partir de 7 h 30. La société, spécialisée dans la métallerie et la menuiserie aluminium, compte 59 salariés.
De source syndicale, il y avait 25 grévistes.

Augmentation des salaires
« Nous souhaitons une augmentation immédiate des salaires de 2 % au titre de l'année 2008, indiquait Adelino de Sampaio, délégué syndical FO.
Cette hausse, promise en 2008 par la nouvelle direction, n'a jamais été effective. Nous demandons aussi l'ouverture des Négociations annuelles obligatoires (NAO) sur les salaires et l'augmentation des salaires de 2 % pour 2009 ainsi que la mise en place d'un 13e mois. »
Il ajoutait : « Depuis septembre, la direction bloque le versement du financement des œuvres sociales du comité d'entreprise (CE) et a indiqué lundi qu'un versement partiel du financement du CE aux salariés devrait compenser l'absence d'augmentation des salaires. Face à cette carotte imaginée par la direction, nous ne sommes pas dupes ! »

Accord trouvé
Deux réunions avec la direction ont eu lieu mercredi.

En fin de journée, un accord a été trouvé avec les représentants syndicaux.
Philippe Ollier, le directeur de Protoy, a déclaré que, dès hier matin, « les 9 000 euros dus aux œuvres sociales du CE ont été versés ».
Pour le reste des revendications salariales, le directeur a expliqué avoir « accordé une augmentation de 2 % des salaires à compter du 1er janvier 2009 ».

De leur côté, les salariés ont abandonné leur demande de 13e mois.
(propos du BP)

Enfin, un calendrier a été fixé pour de nouvelles négociations salariales pour l'année 2010.

Ce matin, les salariés devaient reprendre le travail normalement.

Vincent LINDENEHER - BIEN PUBLIC

Commenter cet article