Force Ouvrière de Côte d'Or

Union Départementale des syndicats Force Ouvrière de Côte d'Or,2 rue Romain Rolland,Téléphone : 03 80 67 11 51, Fax : 03 80 67 01 10, E-mail : udfo21@force-ouvriere.fr, 21 000 DIJON

Motion déposée au préfet par FO Santé - 140509

Publié le 15 Mai 2009 par UDFO21 in udfo21

LE SERVICE COMMUNICATIONS DE L'UNION DEPARTEMENTALE FORCE OUVRIERE DE COTE D'OR VOUS INFORME DE :





motion-pr-fet-14-mai-2009.doc motion-pr-fet-14-mai-2009.doc



Monsieur le Préfet, 
 

Comme vous le savez, la Fédération des personnels des services Publics et des services de Santé Force Ouvrière appelle ce jour les personnels de santé à une journée de mobilisation nationale.

 

Le  département de la Cote d’Or, historiquement sous doté en moyens humains et financiers, a subi une réduction drastique de ses capacités d’accueil en M.C.O. depuis plusieurs années.

Entre autre il reste seulement 4 maternités sur l’ensemble du département, ce n’est pas une réponse adaptée aux besoins de soins de proximité et de sécurité.

Sans apurer le déficit, la mise en place de la T2A a aggravé la situation budgétaire. L’ONDAM a 3.1 engendrera de nouveaux déficits.

Face à cet état de fait et sommées par l’ARH, les Directions d’Etablissements mettent en place des plans de retour à l’équilibre budgétaire.

Les conséquences sont déplorables pour toutes les catégories de personnels, pour la qualité de prise en charge des usagers : ces réorganisations avec suppressions de postes ne sont pas tolérables.

 

         Dans ce contexte, pour Force Ouvrière, le projet de loi « Hôpital, Patients, Santé, Territoire » (H.P.S.T), n’améliorera pas la situation de la santé publique. Après la mise en place des SROSS, c’est une nouvelle étape de démantèlement de l’hospitalisation publique.

Il prévoit entre autre, le partage des activités entre les différents établissements, un glissement des activités vers le privé avec encore des suppressions d’emploi.

 

Le Syndicat Force Ouvrière désapprouve une politique qui conduit à un appauvrissement de ressources de la santé publique, à une sélection des activités rentables, à une diminution du libre choix du patient pour se faire traiter.

 

La nouvelle gouvernance hospitalière fragilise les rapports sociaux en centralisant les pouvoirs.

 

Lors des mobilisations des 29 janvier , 5 mars, 19 mars  et dans le cadre de l’action nationale du 14 mai 2009 Force Ouvrière revendique:

·  La suppression du projet de loi « BACHELOT » (H.P.S.T.)

·  L’augmentation des salaires : les revalorisations du point d’indice n’ont pas suivi l’augmentation du coût de la vie ; la perte du pouvoir d’achat met en situation plus que difficile certains agents déjà en situation de précarité.

·  Le renforcement du service public de santé par l’arrêt des suppressions de postes et la création des postes statutaires nécessaires.

·  L’arrêt des fermetures de lits et services.

 

Le service public hospitalier est un des piliers de notre République et doit répondre aux besoins de santé de nos concitoyens.

Commenter cet article