Force Ouvrière de Côte d'Or

Union Départementale des syndicats Force Ouvrière de Côte d'Or,2 rue Romain Rolland,Téléphone : 03 80 67 11 51, Fax : 03 80 67 01 10, E-mail : udfo21@force-ouvriere.fr, 21 000 DIJON

Peut-on encore avoir envie de travailler? - 191209

Publié le 19 Décembre 2009 par UDFO21 in udfo21



le 19-12-2009 à 07h01 | Seb Musset - Blogueur associé A l'occasion d'un article très enjoué de Valeurs Actuelles sur la résignation des travailleurs, Seb Musset revient sur les évolutions du travail avec la crise, et sur l'émergence de modèles alternatifs. Policiers anti-émeute devant l'usine Renault de Vilvorde - Pierre Carles « Travail » et « chômage », c’est comme « progrès » et « UMP » : Des marques déposées et censées ne pas aller l’une sans l’autre. D’où une montée de l’angoisse populaire alors que les chiffres du chômage (et de l’emploi précaire son corollaire) explosent et que le gouvernement pris en flagrant délit de ratage de progrès en minimise la portée derrière des catégories cache-misère. Valeurs Actuelles, magazine de droite néo-conne catapultant le Fig Mag au rayon coloriages pour gauchistes, publie dans un numéro d’octobre dernier titré « le grand soir attendra » un extrait de la note conjoncture de l’association de DRH Entreprise et personnel (en collaboration avec l’institut Supérieur du Travail) infirmant celle alarmiste de 2008 : « L’insurrection sociale promise par certains à fait pschiit. » (sic) Le rapport se félicite de la collaboration active des organisations syndicales dans la gestion de la crise en 2009. A l’instar du gouvernement, le rapport est confiant : Il n’y aura pas de grands mouvements sociaux à redouter en 2010 tant que les français seront inquiets pour leur emploi. La pulsion de révolte du travailleur moderne est donc liée à son sentiment de sécurité. Logique libérale : plus la victime est brimée, abusée, déprimée, moins elle se révolte. L’espace de deux générations, le travailleur français, ce héros social qui avait tant obtenu au fil des luttes, s’est métamorphosé en salarié anonyme, isolé, stressé et suicidaire, collaborateur de bourreau par peur de perdre un petit confort générique à obsolescence accélérée, réduit à vénérer sur facebook son frère d’armes qui, lui, a eu l’audace de braquer le fourgon de son employeur. Un bref retour en arrière s’impose pour comprendre les mécanismes qui sous-tendent ce renversement des valeurs au profit des exploiteurs.
Commenter cet article