Force Ouvrière de Côte d'Or

Union Départementale des syndicats Force Ouvrière de Côte d'Or,2 rue Romain Rolland,Téléphone : 03 80 67 11 51, Fax : 03 80 67 01 10, E-mail : udfo21@force-ouvriere.fr, 21 000 DIJON

FO JEUNES CÔTE D'OR

Publié le 12 Avril 2007 par UDFO21 in FO Jeunes

Pourquoi se syndiquer?

 

 

                        Constats :

Depuis la nuit des temps l’Etre Humain a du
                        lutter pour vivre ou survivre.
                        L’Homo-Erectus, pour assurer sa survie, devait chasser
                        de grand animaux face auxquels un homme seul n’était pas
                        assez rapide, pas assez puissant...
                        Dés lors, naturellement, il su profiter de l’effet de
                        nombre pour venir à bout de l’imposant Mammouth, des
                        féroces prédateurs...

                        C’est de ces temps reculés qu’une évidence est née :
                        L’Union fait la Force.
                        
                        A partir de ce constat, l’Homo Sapiens a utilisé le
                        rapport de Force pour coloniser la Planète, rendre sa
                        vie moins incertaine, garantir son avenir.

                        L’espèce Humaine ne se contenta pas de l’exploitation de
                        l’environnement pour prospérer. Rapidement des Hommes,
                        des Tribus, des Clans, des Castes, des Classes...
                        voulurent améliorer leur "Quotidien" en créant un
                        rapport de Force dont ils tireraient un Avantage.
                        Avantage territorial, idéologique, économique…
                        Ayant domestiqué les animaux sauvages les plantes, la
                        Terre nourricière, les Mers, pour les exploiter,
                        l’Homme se mit à Exploiter l’Homme.
                        
                        L ’histoire a démontré que les " Exploités " ne
                        trouvèrent leur Salut qu’en prenant conscience que
                        regroupés, le Rapport de Force peut s’inverser
                        permettant de préserver leur Intégrité, donner lieu à de
                        Nouvelles Conquêtes.

                        Ainsi l’esprit qui animait l’Homo Erectus puis Sapiens
                        est le même que celui qui conduit les Canuts de Lyon à
                        se révolter contre leur Condition.C’est en utilisant le
                        même rapport de Force que l’on obtint l’interdiction du
                        Travail des Enfants, le Droit de Vote des Femmes...

                        Et de tout temps les "Exploiteurs" ont tenté de museler,
                        diviser, affaiblir les "Exploités".

                        La Loi Le Chapelier qui, au sortir de La Révolution vint
                        interdire les syndicats au prétexte qu’ils étaient un
                        frein à la liberté individuelle, est une belle
                        illustration de la conscience qu’ont les Pouvoirs, qu’il
                        faut diviser pour mieux régner.

                        Elle doit être le rappel que, si les Classes exploitées
                        n’en ont pas toujours conscience, les "Exploiteurs" eux
                        n’ignorent pas la Réalité du Rapport de Force.

                        D’ailleurs, aujourd’hui, ceux qui ont en charge de
                        diriger les Entreprises ne sont ils pas regroupés pour
                        mieux se faire entendre, mieux se défendre... ?

                        Seraient-ils à ce point plus malins que ceux à qui ils "
                        achètent" la Main d’œuvre ?


                        Avant même d ’être structuré, le mouvement syndical a
                        été divisé sur les finalités de son action : 

                          Les uns, considérant que l ’action syndicale doit
                          avoir pour seule finalité la défense des salariés et
                          de leurs intérêts,
                          Les autres, que cette action s’inscrit dans une vision
                          plus large de la société, au service ou aliéné à une
                          philosophie politique.                     

   En 1906, réunie en congrès, la Confédération Générale du
                        Travail, créée en 1895, tenta de régler définitivement
                        en son sein cette question. Un texte fut soumis aux
                        congressistes et adopté par 830 voix contre 8 et 1
                        blanc, texte de référence pour l ’action syndicale en
                        France : 
La Charte d ’Amiens. 

                          affirme l ’autonomie du mouvement syndical, son refus
                          de se lier à aucun parti politique : 

                            " La C.G. T. groupe en dehors de toute école
                            politique, tous les travailleurs conscients de la
                            lutte à mener pour la disparition du salariat et du
                            patronat… "

                            " Le congrès considère que cette déclaration est une
                            reconnaissance de la lutte des classes qui oppose,
                            sur le terrain économique, les travailleurs en
                            révolte contre toutes les formes d ’exploitation et
                            d ’oppression tant matérielles que morales, mises en
                            œuvre par la classe capitaliste contre la classe
                            ouvrière... "

                            " Dans l ’œuvre revendicatrice quotidienne, le
                            syndicalisme poursuit la coordination des efforts
                            ouvriers, l ’accroissement du mieux être des
                            travailleurs par la réalisation d ’améliorations
                            immédiates, telles que la diminution des heures de
                            travail, l ’augmentation des salaires, etc.… "


                           Extraits de la Charte d ’Amiens
                          réaffirme l ’article 2 des statuts de la Confédération
                          Générale du Travail. (1895) :

                            " Le congrès affirme l'entière liberté pour le
                            syndiqué de participer, en dehors du mouvement
                            corporatif, à telles formes de lutte correspondant à
                            sa conception philosophique ou politique, se bornant
                            à lui demander, en réciprocité, de ne pas
                            introduire, dans le syndicat, les opinions qu’il
                            professe en dehors ".
                          
                        Les salariés cherchent à vendre le plus cher possible
                        leur " main d ’œuvre " (salaires, couverture Sociale,
                        avantages en nature, accès à la culture, aux loisirs,
                        aux vacances…).

                        Les patrons, dans une logique de profit et de
                        rémunération du ou des actionnaires, cherchent à acheter
                        la main d ’œuvre la moins chère possible tant par la
                        rémunération directe que sur l ’ensemble des éléments
                        qui constitue le Salaire différé (remise en cause des
                        Statuts ou conventions collectives, des régimes de
                        retraites, externalisation, délocalisation…).
                        
                        Quel syndicalisme pratiquons-nous ?
                        L ’essence de notre action part de ce constat (Constat
                        et non programme) d ’opposition d ’intérêts qui porte un
                        nom :

La Lutte des Classes
                        La CGT FORCE OUVRIERE considère qu’il est dans l
                        ’intérêt des salariés d’utiliser le rapport de Force
                        existant pour parvenir à une ligne " d ’armistice ".
                        Cette armistice se concrétise à travers des accords,
                        conventions collectives, Statuts,…

 

 

                        C ’est la Politique Contractuelle
                         
                       Depuis longtemps, les acteurs du " Rapport de Force " au
                        sein d ’une entreprise sont clairement identifiés :

                          La Direction, le Patron, détenteurs ou représentants
                          du capital, du Pouvoir,
                          Les Salariés, employés, ouvriers, agent de Maîtrise,
                          cadres qui sont des facteurs de Productions
                        (au même titre que les machines et outils), parfois,
                        souvent, regroupés en syndicat au sein de l ’entreprise
                        ou unité de Production ou services. Au sein de l
                        ’Entreprise, le rapport de force est matérialisable de
                        façon concrète.

                        Le rapport de Force se situe couramment dans notre
                        économie " moderne " au niveau du regroupement d ’unités
                        de production ou de Services constitués en Groupe,
                        Holding…Là encore les acteurs du Rapport de Force sont
                        clairement identifiés : 

                          La Direction du Groupe
                          Les salariés regroupés le plus souvent, et représentés
                          par une ou des organisations syndicales qui fédèrent
                          les syndicats de base. 

                        C ’est le même schéma pour une branche d ’activités :
                        dans ce cas les patrons ou directions se regroupent en
                        Union ou Syndicat pour peser d ’avantage dans la "
                        discussion ". 

                        Ces différents niveaux de Rapport de Force possibles
                        sont (assez bien) structurés, connus et font partis de
                        notre environnement social. Depuis ces dernières
                        décennies, les salariés, et les organisations qui les
                        représentent, ont à faire face à une " réalité ": La
                        mondialisation des échanges, de l ’économie...
                        Cette mondialisation se fait, qui plus est, dans le
                        cadre d ’un dogme économique, l ’ultra-libéralisme,
                        présenté comme inéluctable, conduisant à la pensée
                        unique.

                        De nouveaux niveaux de Rapport de Force apparaissent
                        dans le cadre de cette Mondialisation.

                        Pour nous Français, le niveau Européen et, au delà le
                        niveau Mondial.

                        Les salariés doivent, pour peser dans ses nouveaux
                        rapports de force, en prendre toute la dimension au
                        risque de jouer " le pot de terre contre le pot de fer ".

                        Des structures représentatives des salariés existent
                        mais doivent grossir et se mettre en ordre de " Bataille ".
                        
                        La Protection Sociale : Un Salaire Différé

                        La Protection Sociale est l ’expression même de la
                        solidarité entre salariés, entre générations, entre gens
                        bien portants et moins bien portants…

                        Elle constitue un salaire différé de par son financement
                        qui est assuré par les cotisations patronales et celles
                        des salariés qui sont prélevées à la source (la feuille
                        de paie).
                                                 
                         
                        CONCLUSION : 

                        Sous couvert de responsabilisation et pour servir les
                        seuls critères du jour qui sont productivité et
                        compétitivité, les Directions poussent chaque agent vers
                        plus d’individualisme et par la même vers plus
                        d’isolement. Ces conditions de travail rendent la vie
                        difficile à chacun et nous pensons que le syndicat peut
                        jouer un rôle fédérateur et contribuer à rendre
                        solidaires les individus face à une même problématique.

                        A FORCE OUVRIERE, au sein d’un syndicalisme indépendant,
                        nous défendons la qualité de la vie au travail dans nos
                        Entreprises que nous voulons pérennes dans leur vocation
                        de Service Public Républicain. Nous nous appuyons sur le
                        respect de valeurs universelles qui sont : 

                          l’égalité de traitement entre les individus,
                          la liberté individuelle,
                          la solidarité entre les différentes constituantes de
                          la société. 

                        Pour nous, un syndicat tient sa légitimité et sa
                        crédibilité de ce qu’il exprime fidèlement les
                        revendications de ses mandants en les conciliant avec
                        l’intérêt général du monde salarié. C’est pour cela que
                        nous le voulons à la fois source d’informations et
                        centre de débats d’idées.

                        Si, comme nous, vous pensez qu’il faut mieux vivre le
                        présent pour préparer le futur, agir et non subir, créer
                        des liens et non des chaînes, alors rejoignez-nous.

                        Si vous souhaitez plus d’informations, débattre du sujet
                        ou évoquer des difficultés de tous ordres, n’hésitez
                        pas,

 prenez contact avec nous !

Commenter cet article