Force Ouvrière de Côte d'Or

Union Départementale des syndicats Force Ouvrière de Côte d'Or,2 rue Romain Rolland,Téléphone : 03 80 67 11 51, Fax : 03 80 67 01 10, E-mail : udfo21@force-ouvriere.fr, 21 000 DIJON

ASSISTANTES MATERNELLES :AUJOURD’HUI UN VRAI MÉTIER - 020111

Publié le 2 Janvier 2011 par UDFO21 in AFOC 21

bandeau-UDFO-21.jpg

CONFÉRENCE PROFESSIONNELLE DES ASSISTANTES MATERNELLES: AUJOURD’HUI UN VRAI MÉTIER

Le 9 octobre à Lens plus de 80 assistantes maternelles se sont réunies, à l’initiative de Francine Dercourt, référente départementale de la FGTA-FO pour les départements de la Somme et du Pas-de-Calais. Une occasion de faire le point sur les évolutions de cette profession en plein essor.

 

Ce secteur d’activité représente aujourd’hui près de 330.000 salarié(e)s et une masse salariale distribuée de près de 4 milliards d’euros.

 

 

 

 

Une règlementation encore mal connue

 

 

 

La présentation par Véronique Delaitre, référente nationale pour les assistantes maternelles à la FGTA-FO, des principales dispositions contenues dans la convention collective, a soulevé de nombreuses questions concernant plus particulièrement l’engagement réciproque (équivalant à une lettre de pré-embauche), la mensualisation, le calcul des congés payés. Ce sont des points qui restent encore obscurs et mal connus par les assistantes maternelles, et les mettent en difficulté pour défendre leurs droits face aux parents employeurs.

 

 

 

une question en suspens concernant l’indemnité de rupture est désormais tranchée : de l’indemnité de rupture de 1/120ème des sommes versées de puis le début du contrat prévue par la convention collective ou du 1/5ème de mois de salaire par année d’ancienneté prévu par le code du travail, c’est le régime le plus favorable aux assistantes maternelles qui s’applique.

 

Les difficultés pour obtenir l’agrément, nécessaire à l’exercice du métier d’assistante maternelle, ont également été mises en exergue. Dans certains départements, le conseil général rechigne à délivrer l’agrément pour le quatrième enfant. Dans d’autres les décisions prises par les représentants des services de la Protection Maternelle et Infantile (PMI), sont peu compréhensibles et semblent parfois prises “à la tête du client”. Et les recours sont difficiles à mettre en œuvre.

 

 

 

Une protection sociale plus large

 

 

 

En matière de prévoyance les assistantes maternelles bénéficient aujourd’hui en cas de maladie, après un délai de carence de 8 jours, d’indemnités journalières complémentaires à celles du régime général de la sécurité sociale, à hauteur de 76 % du salaire brut (soit près de 100 % du net), ainsi que de rentes en cas d’invalidité.

 

 

 

Par ailleurs l’IRCEM, la caisse de retraite de la profession, a beaucoup développé l’action sociale par la mise en place de services d’aide psychologique, d’aides pratiques pour les questions de la vie quotidienne, l’offre de micro-crédits, les fonds sociaux pour faire face à des dépenses exceptionnelles:

 

 

 

aide à domicile, frais de santé importants, frais d’obsèques... Enfin, les partenaires sociaux ont obtenu, depuis le 1er juillet 2010, que soient mis en place de nouvelles prestations: la garantie maladie redoutée en cas de maladie d’une particulière gravité telles que le cancer ou l’infarctus, la rente éducation croissante, évolutive en fonction de l’âge des enfants, et le maintien des garanties en cas de suspension ou rupture du contrat de travail pour certains motifs (déménagement de l’employeur, décès de l’enfant gardé, incendie du logement...).

 

 

 

Les maisons d’assistantes maternelles

 

 

 

une nouvelle loi de juin 2010 autorise désormais les assistantes maternelles à exercer leur activité en commun, dans un local dédié, dans la limite de 4 assistantes maternelles et de 16 enfants accueillis. La loi prévoit la possibilité de pouvoir déléguer l’accueil des enfants à une collègue, ce qui peut rendre plus facile et souple l’accueil des enfants.

 

 

 

Toutefois la formule recèle bien des incertitudes. si elle parait viable dans des endroits où l’immobilier n’est pas prohibitif, elle semble exclue en région parisienne sans aide financière extérieure compte tenu du prix des loyers. En outre les questions de responsabilité et d’assurance doivent faire l’objet d’une particulière vigilance pour éviter les mauvaises surprises.

 

 

 

Un vrai diplôme

 

 

 

Après bien des années de lutte la profession est enfin reconnue par un titre validé par le RNCP (répertoire National des Certifications Professionnelles) d’assistant maternel/garde d’enfant. Positionné au niveau V de la classification des diplômes de l’Education Nationale, soit l’équivalent d’un CAP, ce diplôme s’acquiert par la voie de la validation des acquis de l’expérience (VAE), après élaboration d’un dossier soutenu devant un jury. La FGTA-FO qui s’est beaucoup investie dans la mise en place de ce diplôme a lancé depuis le mois de juin une vaste campagne d’information pour inciter les assistantes maternelles à profiter de cette opportunité de faire reconnaitre leurs compétences et leur professionnalisme.

 

 

 

Toutes informations sur le site “http://www.assmatinfo.fr” www.assmatinfo.fr ou n° vert 0 805 650 480.

Commenter cet article

decoloopio.com 08/08/2014 15:09

Depuis maintenant 4 ans que cette loi est en application et selon les quelques informations qui nous sont parvenus, il semblerait que les assistantes maternelles, au départ motivées d'avoir enfin des droits, tendent à changer de métier par manque de rémunération. Qu'en pensez vous?