Force Ouvrière de Côte d'Or

Union Départementale des syndicats Force Ouvrière de Côte d'Or,2 rue Romain Rolland,Téléphone : 03 80 67 11 51, Fax : 03 80 67 01 10, E-mail : udfo21@force-ouvriere.fr, 21 000 DIJON

Blocage des navires contaminés en provenance du Japon - 310311

Publié le 1 Avril 2011 par UDFO21 in Evènements

bandeau-UDFO-21.jpg

Quel sort pour les marins ?

Sources

Radioactivité des navires en provenance du Japon : blocage des ports en cours ?
Un article paru dans Usines Nouvelles est particulièrement intriguant.

Sous le titre « La radioactivité effraie les ports d'Europe », Barbara Leblanc retransmet l'inquiétude des différents ports européens face au risque de contamination nucléaire des coques des navires en provenance du Japon, en réaction à la découverte en Chine le 21 mars dernier de quantités anormales de particules radioactives dans le port de Xiamen sur un navire parti de Tokyo le 17 mars.

Ainsi, d'après le Financial Times Deutschland, l'autorité portuaire de Hambourg mettrait en place un « plan d'urgence » en partenariat avec les douanes et les services de sécurité. De même, Rotterdam exigerait des armateurs qu'ils obtiennent des capitaines des navires la liste des 10 derniers ports touchés. Des professionnels tels que le Lloyd allemand anticipent des refus d'entrée au port de navires en provenance du Japon. Les entreprises également s'organisent : la CMA-CGM a mis en place une cellule d'urgence (essentiellement au niveau de la transmission d'information).

Ce qui mène à penser que la situation économique réelle est bien pire que ce que l'article donne à penser. Il ne s'agit pas simplement d'un « plan d'action local » mais de toute une économie qui risque d'être mise par terre.

Qui prendra en charge les conséquences économiques (surestaries, frais de soutes, perte de cargaison...) ?

En effet, l'ensemble des contrats d'assurance exclut d'office les risques liés à la « désintégration du noyau atomique ». (Clause de style). Ce sera donc à l'armateur de subir le retour forcé au Japon. À moins qu'il ne se retourne contre l'État du port qui lui a refusé l'entrée ? Ce qui augure de lourds contentieux administratifs.

Quel sera le sort des marins embarqués sur ces navires interdits d'escale ? Pourront-ils débarquer un jour ? Être pris en charge par un service médical quelconque ?
 

En effet, la quarantaine médicale n'est pas applicable à ces situations, les nucléotides ayant une durée de vie d'au moins 30 ans ! Aussi, faudra-t-il bien que ces navires aient l'autorisation d'entrer dans un port pour pouvoir y déposer les marins, potentiellement contaminés.

Il faudra aussi que les armateurs autorisent les marins à faire application de leur droit de retrait (pour les marins soumis à un droit national l'autorisant).

Qui subira le coût de la dépolution de ces coques ?

Lorsque l'on regarde le coût du désamiantage, on peut craindre que toutes les coques qui sont passées par le Japon depuis les fuites radioactives sont condamnées à un abandon d'au moins 30 ans.

Autant de questions qui auront de lourdes répercussions économiques et juridiques et dont les tribunaux auront à connaître dans les années à venir.

À suivre, donc. Mais en perspective une lourde charge économique qui sera subie exclusivement par les armateurs. De quoi en mettre un grand nombre en faillite.

Et les marins sur la paille. Ce qui est plus grave.

Commenter cet article