Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Force Ouvrière de Côte d'Or

Union Départementale des syndicats Force Ouvrière de Côte d'Or,2 rue Romain Rolland,Téléphone : 03 80 67 11 51, Fax : 03 80 67 01 10, E-mail : udfo21@force-ouvriere.fr, 21 000 DIJON

BRUXELLES VEUT ACHEVER LA LIBÉRALISATION DU RAIL D’ICI À 2019 - 200213

Publié le 19 Février 2013 par UDFO21 in INTERNATIONAL - Europe

Transports

 

La Commission européenne a publié le 30 janvier un quatrième «paquet» ferroviaire,
selon le terme consacré.
Après le transport de marchandises (fret) et le transport international de voyageurs, il s’agit maintenant de passer à l’étape ultime: la libéralisation du transport national et régional de voyageurs, et ce, dès décembre 2019.

 
FO met en garde contre la dégradation de la sécurité

moderwht.gifLa proposition de la Commission, composée de six textes de loi, devra être adoptée d’ici là par le Conseil (chefs d’État et de gouvernement des 27 États membres) et le Parlement européens. Bruxelles a pour objectif de faire réaliser cinq cents millions d’euros d’économies au secteur d’ici à 2025. Pour faciliter un «accès équitable» au marché, la Commission prône la séparation complète des activités de gestion des infrastructures et d’exploitation  commerciale  des lignes, un système devant devenir, selon elle, la norme dans l’ensemble de l’Union européenne.

Et pour éviter, explique Bruxelles, que les entreprises privées soient défavorisées par rapport aux opérateurs historiques tels que la SNCF en France, la délivrance des certificats de sécurité et autorisations des véhicules, jusqu’ici assurée par les États, serait désormais confiée à l’Agence ferroviaire européenne.

«La Commission n’a pas tiré les conséquences de l’ouverture à la concurrence du marché de l’énergie (eau, électricité, gaz) ou de celui des télécommunications, qui a soit augmenté les prix, soit détruit l’emploi, soit baissé le niveau de qualité», dénonce la Fédération FO des Cheminots. Cette dernière met en garde les usagers sur les risques de dégradation de la sécurité ferroviaire. Refusant de «s’inscrire dans une logique politique libérale d’eurocompatibilité», et en appelant à l’inverse à «davantage de service public au service de tous», la fédération FO va interpeller le ministre français délégué chargé des Transports, Frédéric Cuvillier.
170.gif
 
 
Commenter cet article