Force Ouvrière de Côte d'Or

Union Départementale des syndicats Force Ouvrière de Côte d'Or,2 rue Romain Rolland,Téléphone : 03 80 67 11 51, Fax : 03 80 67 01 10, E-mail : udfo21@force-ouvriere.fr, 21 000 DIJON

CAF SATURÉES: TRAVAILLER PLUS... - 050210

Publié le 5 Février 2010 par UDFO21 in FO Fonctions Publiques

null


Surcharges

Plus de personnels ! réclament les caisses d’allocations familiales, qui n’arrivent plus à faire face depuis l’arrivée du RSA et doivent également gérer les impayés de loyer. Agents et allocataires trinquent, la protection sociale est en carafe.
Les files d'attentes s'allongent devant les caisses d'allocation familiales (CAF). Non seulement il faut plus de quatre heures pour accéder à un guichet en Seine-Saint-Denis, mais les retards dans les traitements de dossier sont tels que quatre caisses ont dû fermer pour les rattraper. C’est loin d’être un cas isolé. Les informations recueillies par FO (http://fo-caf.over-blog.com/, voir ci-contre) donnent une idée de l’ampleur des dégâts. La CAF des Landes a annoncé à la mi-janvier que l'accueil du public était quasi fermé afin de résorber dix jours de dossiers en retard. Celle de Haute-loire a fermé les portes pour une semaine. Au total, au moins 13 caisses sur 123 ont dû ainsi fermer ou réduire l'accueil au public. 54 avaient déjà dû en faire autant l’an dernier, ces problèmes étant déjà récurrents depuis au moins début 2009, pour ne pas dire l’été 2008.

Débrayages et mouvements de grève se sont multipliés à travers le pays pour protester contre les conditions de travail et le manque d'effectifs. Pour le directeur de la Caisse nationale des allocations familiales (CNAF), il y a «actuellement, une charge (de travail) qui continue à augmenter, à cause de la crise économique essentiellement» et de l'entrée en vigueur du RSA. Il a annoncé fin janvier qu’il allait «probablement» demander aux pouvoirs publics de nouveaux renforts. C’est dire à quel point la situation est critique. Au début d'année, période de renouvellements des droits, se sont en plus ajoutées la gestion désormais des impayés de loyers et surtout l'augmentation des bénéficiaires du Revenu de Solidarité Active, le RSA, en progression constante. Contrairement aux salaires des agents. Et à la qualité du service public de prestations sociales.
Commenter cet article