Force Ouvrière de Côte d'Or

Union Départementale des syndicats Force Ouvrière de Côte d'Or,2 rue Romain Rolland,Téléphone : 03 80 67 11 51, Fax : 03 80 67 01 10, E-mail : udfo21@force-ouvriere.fr, 21 000 DIJON

FO APPELLE À LA GRÈVE DANS LES REMONTÉES MÉCANIQUES - 130211

Publié le 12 Février 2011 par UDFO21 in AFOC 21

bandeau-UDFO-21.jpg

Force Ouvrière apporte son soutien aux salariés des remontées mécaniques dans leur mouvement de grève prévu le 20 février prochain.

Un préavis est relayé par plus de 30 des plus importantes stations de ski, où FO est majoritaire, ce qui est sans précédent dans le secteur des remontées mécaniques.

C’est un réel sentiment d’injustice qui force les salariés saisonniers ou permanents à s’unir contre l’hypocrisie de certains des dirigeants patronaux.

Ce secteur d’activité largement bénéficiaire préfère privilégier le capital financier au capital humain. Ce que veulent les salariés, c’est simplement récupérer le pouvoir d‘achat qu’ils ont perdu, être reconnus pour ce qu’ils sont, ce qu’ils font.

Le patronat prône l’ouverture d’un dialogue (complètement stérile) sur la pénibilité pour apaiser la colère des salariés du secteur. Comment peut-on rallonger la durée de cotisation pour une pleine retraite, dans le cas d’une pénibilité «déjà subie»?

Il faut au contraire envisager une inaptitude professionnelle, payée par la branche, ce qui permettrait aux plus handicapés de partir «debout» en laissant la place aux jeunes. Comment peut-on priver une partie des salariés d’une moitié des allocations chômage auxquelles ils auraient droit simplement parce qu’ils sont mis dans la case de «salariés saisonniers»? Leur offre-t-on autre chose à l’inter saison? Et enfin, FO réclame 2,5% de hausse de salaire.

Ce sont là quelques-unes des revendications que mettent en avant les salariés qui, par leur investissement et leur professionnalisme, permettent aux amoureux de la glisse d’en profiter en toute sécurité.

La confédération FO s’élève contre le refus d’un syndicat patronal de négocier les revendications légitimes d’une branche qui va devoir, pour défendre son avenir, priver de ski ceux qui sont venus se détendre en station. FO en appelle à la raison et demande l’ouverture des négociations.

Commenter cet article