Force Ouvrière de Côte d'Or

Union Départementale des syndicats Force Ouvrière de Côte d'Or,2 rue Romain Rolland,Téléphone : 03 80 67 11 51, Fax : 03 80 67 01 10, E-mail : udfo21@force-ouvriere.fr, 21 000 DIJON

FO au défi d'élargir sa base - 170211

Publié le 17 Février 2011 par UDFO21 in AFOC 21

c'est le principal enjeu des débats d'un congrès Force ouvrière par ailleurs bien calme : comment se développer ? Les tempes grisonnantes le rappellent : les troupes, comme celles des autres syndicats, vieillissent. Et la centrale a beau fustiger la réforme de la représentativité, il faut s'y préparer. «  On ne peut plus faire l'économie de la question du développement », résume René Valladon, maître d'oeuvre de la « résolution spéciale » sur ce thème, qui sera finalisée aujourd'hui pour marteler le message. Il est déjà partiellement entendu, en témoigne le nombre bien plus élevé que lors des précédents congrès d'interventions de délégués sur ce thème. « Le conflit sur les retraites a joué. Beaucoup ont réalisé qu'il faut se renforcer pour contrer l'axe CFDT-CGT », note-t-on à la confédération. Pour un syndicat qui n'a jamais fait de la course aux adhérents une priorité, c'est une révolution culturelle en gestation.

Comme les autres, FO veut avant tout séduire les jeunes. Pour Serge Legagnoa, numéro un de la FEC (commerce, banque, assurance), pas de secret : « Les jeunes attirent les jeunes. Il faut leur faire confiance en leur donnant plus vite des moyens et des responsabilités », ce qui n'est pas souvent le cas sur le terrain. Autre public cible : les cadres. « Certains ont encore un discours assez "anti-cadres", il faut en sortir. C'est un public large et qui a de plus en plus besoin d'être défendu », explique René Valladon. Une manière, aussi, de mieux s'implanter dans les services, autre objectif affiché.

Débats tactiques et internes

Les évolutions pourraient aussi venir de l'approche revendicative. FO doit s'attacher sur le terrain à « élargir son champ revendicatif pour mieux coller aux aspirations concrètes des salariés », explique Eric Peres, leader de la fédération des cadres. Force ouvrière doit aussi cultiver sa différence culturelle, estime-t-il : « La force de FO, c'est sa diversité sociale et la liberté qui en découle. Cela plaît car les gens ne veulent plus être enfermés dans des syndicats inféodés à des lignes politiques. »

Ces débats tactiques font ressurgir les débats internes entre les réformistes et les plus radicaux. « Les gens veulent du concret et des résultats. Il ne faut pas se leurrer, cela passe par des signatures d'accords. Certains doivent sortir de l'utopie permanente », insiste Nicolas Comte, leader du SGT Unité FO (Police). La question d'une réorganisation des périmètres des fédérations se pose aussi, dans le privé comme dans le public. Mais le sujet étant très sensible, la confédération restera prudente dans sa résolution, qui se contentera d'appeler à plus de travail transversal entre fédérations.

DEREK PERROTTe,, Les Echos
À MONTPELLIER
DEREK PERROTTe,, Les Echos
Commenter cet article