Force Ouvrière de Côte d'Or

Union Départementale des syndicats Force Ouvrière de Côte d'Or,2 rue Romain Rolland,Téléphone : 03 80 67 11 51, Fax : 03 80 67 01 10, E-mail : udfo21@force-ouvriere.fr, 21 000 DIJON

Grève prolongée à l'usine Danone : le ras-le-bol des ouvriers bailleulois - 100310

Publié le 10 Mars 2010 par UDFO21 in AFOC 21

 



Hier, une centaine de salariés ont débrayé, revendiquant «une équité salariale» avec la direction.

Une vague de contestation nationale et intersyndicale déferle sur le mastodonte de l'agro-alimentaire, Danone.
Paralysée comme les autres dans l'hexagone, l'usine de Bailleul était encore touchée, hier soir, par le mouvement de grève, les négociations salariales avec la direction n'ayant pas abouti. ...

Cliquez ici pour accéder au contenu

 

Depuis hier matin, une centaine d'ouvriers bailleulois, soit 90 % des effectifs, ont débrayé sur le site de la zone industrielle. Ils revendiquent, comme l'ensemble des 1 226 ouvriers français, « une équité salariale » avec trente-huit membres de la direction, qui auraient perçu 759 000 E d'augmentation annuelle, soit près de 20 000 E en moyenne.

Une information jugée « fantaisiste » par la direction, contactée hier soir, qui dément formellement l'ampleur de l'augmentation, mais ne remet pas en cause la question des bonus...

Si le malaise social est palpable, la santé économique du groupe Danone est rayonnante.

La firme multinationale cotée au CAC 40 a enregistré sur l'année écoulée 3,2 % d'augmentation de son chiffre d'affaires, estimé à près de 15 milliards d'euros.


Un gros gâteau qui suscite les convoitises des ouvriers français, rémunérés sur13 mois plus 3,2 équivalent-mois comprenant l'intéressement et la participation dans l'entreprise.

Hier soir, la direction proposait une augmentation de 3,5 % du salaire moyen de base d'un ouvrier (sans compter l'ancienneté, les indemnités...), soit 1 750 E.


« On souhaite que la direction cesse de se moquer des salariés et des plus humbles, proteste Bruno Lemahieu, délégué Force ouvrière du site bailleulois.
Qu'une juste rétribution revienne aux salariés.
Que nos efforts soient reconnus. »

Des efforts de flexibilité du travail qui ont engendré d'importants gains de productivité.

Mais la grève entamée hier pourrait bien ébranler la santé économique de Danone, dont le débrayage quasi-total du site de Bailleul était jugé « préjudiciable dans un moment de relance de la consommation » par la direction.

Hier soir, la pression était maintenue par les ouvriers bailleulois, qui bloquaient la sortie des camions. •

Commenter cet article