Force Ouvrière de Côte d'Or

Union Départementale des syndicats Force Ouvrière de Côte d'Or,2 rue Romain Rolland,Téléphone : 03 80 67 11 51, Fax : 03 80 67 01 10, E-mail : udfo21@force-ouvriere.fr, 21 000 DIJON

Les soignants sont épuisés - 221211

Publié le 21 Décembre 2011 par UDFO21 in La Vie des Syndicats

bandeau-UDFO-21.jpg

Santé

 Les services infirmiers du CHU de Dijon tournent avec des effectifs réduits depuis le printemps.  

Les soignants sont épuisés

Le 21/12/2011 par Franck BASSOLEIL  

La pénurie d’infirmières a entraîné des heures supplémentaires. Photo Clément Renard

La pénurie d’infirmières a entraîné des heures supplémentaires. Photo Clément Renard

Une baisse subite des effectifs, qui est heureusement en voie de rétablissement, a compliqué le fonctionnement du CHU. 

docteur.gifL’évolution récente du régime des retraites a eu des conséquences inattendues cette année, sur les effectifs des personnels infirmiers au CHU de Dijon.

 

Comment expliquer autrement ces départs massifs des infirmières et aides-soignantes de plus de 50 ans et mères de trois enfants ?

Ce sont en effet 56 infirmières ou aides-soignantes sur 2 090 qui sont parties fin juin, pour bénéficier des conditions de départ qui leur étaient encore favorables. Il a donc fallu mettre en place de nouvelles dispositions pour assurer la poursuite des soins et le fonctionnement des services.

« Ça a entraîné des heures supplémentaires et depuis le mois de juillet, c’est la galère. Il est temps que l’année se termine, car on a un état d’épuisement avancé des personnels. On a d’ailleurs constaté une forte augmentation de consultations auprès de la médecine du travail.

 

En six mois, on a vu le doublement des situations de détresse, à cause de cette surcharge de travail », explique Michel Mignard, secrétaire général FO au CHU.

Dans un certain nombre de cas, cette situation a entraîné des arrêts de travail qui ont naturellement aggravé le manque d’effectif.

Tous les services dont les effectifs ne sont pas normés, en dehors de la réanimation, des soins intensifs et des soins en néonatalité ont été lourdement impactés. Il a même fallu “fermer quelques lits”.

Retour à la normale

Ces difficultés sont en voie de règlement, avec l’arrivée des nouveaux effectifs. Quatre-vingts infirmières sorties de l’école ont été recrutées.

« On reste tributaire du calendrier des nouvelles promotions des instituts de formation pour recruter. Cet été, on a passé des offres d’emploi dans la presse professionnelle, mais cela n’a pas été suffisant », explique Nadine Fournier, directrice des soins.

Ce rééquilibrage tiendra quelques mois, d’après Michel Mignard qui redoute une nouvelle baisse à partir du mois de juin « à cause des difficultés budgétaires qui ne sont pas propres à l’établissement.

Paradoxalement, les activités du CHU augmentent, mais les budgets ne suivent pas. »

Commenter cet article