Force Ouvrière de Côte d'Or

Union Départementale des syndicats Force Ouvrière de Côte d'Or,2 rue Romain Rolland,Téléphone : 03 80 67 11 51, Fax : 03 80 67 01 10, E-mail : udfo21@force-ouvriere.fr, 21 000 DIJON

« MON RÔLE, C’EST AVANT TOUT DE SYNDICALISER » - 290513

Publié le 28 Mai 2013 par UDFO21 in Evènements

Trois questions à...

Pierre Courrèges-Clercq,

nouveau Secrétaire général de

l’Union départementale FO de Dordogne

FO Hebdo: Tu viens d’être élu Secrétaire général et le congrès de l’Union départementale de Dordogne s’est tenu à Périgueux en octobre dernier…
P. Courrèges-Clercq: Je m’étais déjà porté candidat en octobre, mais je voulais avoir du temps pour me former. Comme mon prédécesseur, Jacques Pauliat, ne part en retraite que fin juin, nous avons pu attendre la commission exécutive du 3 mai, sous la présidence de Patrick Privat, pour qu’il présente sa démission et que je prenne sa succession. 

FO Hebdo: Quel a été ton parcours syndical?
P. Courrèges-Clercq: Je travaille à La Poste depuis 1984. Je suis entré à FO lors des grèves de 1995. D’abord militant, j’ai exercé plusieurs mandats au sein de l’établissement public. 
J’ai aussi milité au syndicat  départemental FO Com, dont je suis devenu le trésorier. J’ai également été représentant de l’UD dans les négociations à Pôle emploi et administrateur de l’Urssaf. 

FO Hebdo: Quelles sont  les  priorités pour l’Union départementale de Dordogne? 
P. Courrèges-Clercq: Nous sommes l’un des départements les plus pauvres de France, avec le taux de chômage le plus élevé d’Aquitaine, à 9,70%. L’emploi est une priorité. Nous sommes en zone rurale et le travail se trouve surtout dans les services et le tourisme, avec les grottes de Lascaux. 
Le mois dernier, les Papeteries de Condat, le plus gros employeur privé du département, ont annoncé un plan social supprimant 150 emplois sur 650. Je me suis rendu sur place le 15 mai avec Stéphane Lardy. Nous faisons face aussi à la désertification des services publics. 
À chaque restructuration de La Poste, des dizaines d’emplois disparaissent. 
Mon rôle, c’est avant tout de syndicaliser et de former les nouveaux adhérents. C’est malheureux, mais le contexte actuel va m’aider. Chaque mois, une cinquantaine de personnes poussent la porte de l’UD pour des problèmes avec leur employeur ou leur contrat de travail. On va les défendre, les convaincre de nous rejoindre et les inciter à aider à leur tour leurs collègues, dans leur entreprise. 
Je tiens aussi à faire vivre le site Internet de l’UD, à tweeter. Pour nous faire connaître, nous devons utiliser tous les outils à notre disposition. 
Commenter cet article