Force Ouvrière de Côte d'Or

Union Départementale des syndicats Force Ouvrière de Côte d'Or,2 rue Romain Rolland,Téléphone : 03 80 67 11 51, Fax : 03 80 67 01 10, E-mail : udfo21@force-ouvriere.fr, 21 000 DIJON

«ON TIRAIT LA SONNETTE D’ALARME DEPUIS DES ANNÉES» - 170612

Publié le 15 Juin 2012 par UDFO21 in La Vie des Syndicats

Trois questions à... Nadine Hourmant,

déléguée centrale FO chez Doux


FO Hebdo: Êtes-vous surprise par le dépôt de bilan?
Nadine Hourmant: Je savais que l’entreprise était lourdement endettée et qu’elle n’était pas en mesure de payer les salaires de mai. Je m’attendais pour l’été au mieux à un plan social, au pire à un dépôt de bilan, je l’avais dit dans la presse. Depuis le rachat de Frangosul (groupe brésilien) en 1998, on a au moins un PSE par an. En 2011, le dernier site allemand a fermé ainsi que le site de Champagné-Saint-Hilaire. On avait beau tirer la sonnette d’alarme, personne ne voulait nous écouter. 

FO Hebdo: Quel genre de patron est Charles Doux?
Nadine Hourmant: Il est antisocial. Les salaires n’ont pas augmenté depuis 2008, la grille des salaires est tellement tassée qu’on est tous à 9,22 euros l’heure, les nouveaux comme les anciens. Même pour les accords handicap et seniors qu’on a réussi à signer, le bilan est négatif! Le matériel aussi est vieillissant, il n’y a pas d’investissements. 

FO Hebdo: Gardez-vous espoir pour l’avenir du groupe? 
Nadine Hourmant: On va déjà voir si Charles Doux, qui a 75 ans, est autorisé à rester à la tête de l’entreprise. On veut comprendre pourquoi il a refusé les 35 millions et ce qu’il compte faire du groupe. Le risque c’est qu’il cherche à le démanteler pour gagner un peu de trésorerie. On met aussi en garde contre les super parachutes dorés. La filière n’est pas en danger, il y a des moyens de travailler, à condition d’avoir les outils adéquats. Aujourd’hui on est en période électorale, tous les partis s’en mêlent, mais il ne faudra pas nous oublier après le scrutin. Doux, ce sont 3 400 salariés qui ont besoin de vivre. Ils ont en moyenne 40-50 ans, avec vingt ans d’ancienneté, beaucoup sont peu qualifiés, un reclassement serait très difficile.
image001
Commenter cet article