Force Ouvrière de Côte d'Or

Union Départementale des syndicats Force Ouvrière de Côte d'Or,2 rue Romain Rolland,Téléphone : 03 80 67 11 51, Fax : 03 80 67 01 10, E-mail : udfo21@force-ouvriere.fr, 21 000 DIJON

PRODUITS ALIMENTAIRES: LES PRIX JOUENT LES MONTE-EN-L’AIR MASQUÉS - 070611

Publié le 7 Juin 2011 par UDFO21 in AFOC 21

afoc 2010


Consommation

> PRODUITS ALIMENTAIRES: LES PRIX JOUENT LES MONTE-EN-L’AIR MASQUÉS

Article paru dans FO Hebdo n°2991

La cherté de bon nombre de produits alimentaires va aller de pis en pis. La grande distribution l’a annoncé en long et en large dans les médias pour les semaines à venir mais ne s’est guère vantée d’avoir déjà commencé à augmenter considérablement les prix et cela d’une manière peu visible pour la plupart des consommateurs selon une enquête publiée dans le dernier numéro du magazine 60 millions de consommateurs. 

De début novembre à fin avril ont ainsi augmenté pas moins des deux tiers des produits composant un panier de 92 références suivies par le magazine de l’Institut national de la consommation (INC). Des hausses supérieures à 3% en moyenne ont été enregistrées concernant farine, café, jus de fruit, produits laitiers et poissons surgelés... Elles peuvent même aller jusqu’à 20% dans certains magasins pour des lardons fumés. 

Pour monter les prix sans que cela soit trop visible deux méthodes sont utilisées. La première consiste, après une période de promotions, à augmenter les prix à un niveau supérieur à ceux pratiqués avant ces dernières. La seconde réside, ni plus ni moins, dans la modification de la quantité ou de la qualité, parfois d’un ou plusieurs ingrédients. Ce que l’on appelle «l’inflation masquée»: des boîtes de poisson pané passent de 20 bâtonnets à 18. Un format de boisson de petit-déjeuner passe de 250 g à 260 g avec une augmentation de 1,43 euros pour ces 10 grammes supplémentaires, ce qui revient à augmenter de 30% le prix au kilo. De telles manipulations ont été rendues grandement possibles par l’application en France de la directive européenne déréglementant les formats d’emballage (2007/45/CE). Un sursis a été accordé pour le lait, le beurre, les pâtes alimentaires sèches et le café jusqu’au 11 octobre 2012 (octobre 2013 pour le sucre blanc). Bref, un examen attentif des étiquettes s’avère nécessaire pour éviter de payer plus pour acheter moins.
Commenter cet article