Force Ouvrière de Côte d'Or

Union Départementale des syndicats Force Ouvrière de Côte d'Or,2 rue Romain Rolland,Téléphone : 03 80 67 11 51, Fax : 03 80 67 01 10, E-mail : udfo21@force-ouvriere.fr, 21 000 DIJON

RGPP, une conséquence : Destruction de la filière technologique à L’Education Nationale - 060411

Publié le 6 Avril 2011 par UDFO21 in FO Fonctions Publiques

 bandeau-UDFO-21.jpg


 

 

 

FORCE OUVRIERE Enseignement

 

 

Communiqué

 

RGPP, une conséquence : Destruction de la filière technologique à L’Education Nationale

 

Ci-dessous les conséquences de la RGPP (Révision générale des politiques publiques appliquée aux lycées), pour répondre aux injonctions du FMI et de l'UE , va détruire un ascenseur social pour les jeunes, des milliers de postes d'enseignants, et des formations très utiles pour l'avenir industriel du pays :

 

Le Ministère de l'Education Nationale a engagé depuis un an la réforme des lycées qui se traduit pour les élèves par une forte baisse des enseignements et du niveau de formation, pour les professeurs par des suppressions massives de postes, des conditions de travail très alourdies, une destruction de nombreuses garanties statutaires.

 

Dans l'enseignement technologique, cette réforme prend un tour encore plus dramatique, puisque nous pouvons penser que rapidement, la suppression de la filière technologique sera engagée. A la rentrée 2011, la réforme touchera les sections de STI (Sciences et Techniques Industrielles : Productique, Electrotechnique, Electronique, Génie Civil, ...). En fusionnant les spécialités en dehors de toute référence aux métiers industriels et  en augmentant les effectifs des groupes de travail d'élèves, le gouvernement veut économiser un grand nombre de postes de professeurs. Ces économies sont faites au détriment de la formation des élèves qui va devenir une simple initiation très théorique aux différentes spécialités. En même temps une réforme des BTS (brevet de technicien supérieur) va, au nom de la modernisation et de l'harmonisation européenne, affaiblir considérablement un diplôme qui donnait satisfaction, tant aux étudiants, qu'aux employeurs. Au nom des équilibres budgétaires, on va détruire l'ascenseur social des sections STI, qui permettait à nombre d'enfants de salariés d'obtenir un diplôme permettant de trouver rapidement un emploi qualifié en CDI (plus de 95% des titulaires de BTS industriels  trouvent  très  rapidement un  vrai emploi  dès leur sortie  du lycée).

Mercredi 30 mars nous étions une délégation de 15 professeurs de STI de Côte d'Or, des lycées des Marcs d'Or, H. Fontaine, G. Eiffel, à manifester au Ministère de l'Education Nationale, pour que la réforme des STI ne soit pas mise en œuvre à la rentrée 2011, que le dossier soit remis à plat et  les suppressions de postes  annulées.

 

A l'appel de la FSU et FO, des personnels du 1er degré de L'Aisne, manifestaient aussi , pour faire annuler les suppressions de postes dans les écoles.

 

Nous avons été bloqués à quelques centaines de mètres du Ministère par un cordon de sécurité. Le Ministère a reçu une délégation des professeurs des écoles pour leur dire de s'adresser à leur inspecteur d'académie, il a refusé de recevoir une délégation des professeurs de STI.

 

La fédération FO de l'enseignement s'est déjà adressée aux autres fédérations syndicales, pour que l'ensemble des organisations syndicales qui s'opposent à ces réformes destructrices, décident d'appeler ensemble à la grève et à la manifestation, là où cela se décide, au Ministère.

Pour le moment nous n'avons pas de réponse, mais nous ne voulons pas que le scénario des retraites se répète une fois de plus, c'est pour cela que FO, avec d'autres dans les lycées, organise la résistance et la mobilisation.

 

Christian MAZOYER

Force Ouvriere Lycées

Commenter cet article