Force Ouvrière de Côte d'Or

Union Départementale des syndicats Force Ouvrière de Côte d'Or,2 rue Romain Rolland,Téléphone : 03 80 67 11 51, Fax : 03 80 67 01 10, E-mail : udfo21@force-ouvriere.fr, 21 000 DIJON

Un nouvel élan pour Savoye ? - 201212

Publié le 19 Décembre 2011 par UDFO21 in La Vie des Syndicats

bandeau-UDFO-21.jpg


Bien-Public.gif

Ladoix-Serrigny.

La société spécialisée dans la logistique possède un site sur la commune.

Un nouvel élan pour Savoye ?

le 17/12/2011 à 05:00 par ÉLODIE BIDAULT BIEN PUBLIC

L’un des salariés du site de Ladoix-Serrigny en pleine séance de contrôle à distance du produit avec le client afin de corriger les éventuels problèmes qu’il pourrait rencontrer. Photo É. B.

L’un des salariés du site de Ladoix-Serrigny en pleine séance de contrôle à distance du produit avec le client afin de corriger les éventuels problèmes qu’il pourrait rencontrer. Photo É. B.

Depuis plusieurs mois, l’entreprise Savoye, qui possède trois sites en Côte-d’Or, dont l’un à Ladoix-Serrigny, est en cours de restructuration.

En cette fin d’année, un bilan s’impose.

«On ne sait pas vraiment de quoi l’avenir sera fait… », lance avec dépit Régis Criton, délégué syndical Force ouvrière. Comme une grande majorité de salariés de la société Savoye, il est conscient que la restructuration actuelle du groupe ne sera pas sans conséquence. « On se bat depuis plusieurs mois pour limiter la casse. Mais ce n’est pas forcément évident », indique-t-il.

Transfert vers les sites de Ladoix et Dijon

Implantée dans le paysage économique local, à Dijon, Ladoix-Serrigny et Genlis, l’entreprise Savoye a vécu quelques bouleversements ces derniers temps.

  

Annonce de suppressions de postes, de transferts, de fermetures de sites…

 

Des problèmes qui touchent essentiellement Genlis, mais qui devraient avoir un impact sur Dijon ou Ladoix-Serrigny, puisque les effectifs vont être partagés entre les deux sites qui resteront ouverts.

« Oui, nous avons prévu de fermer le site de Genlis, ce qui modifie quelque peu la structure actuelle », glisse Rémy Jeannin, le nouveau P-DG de la société. « Mais tout se fait en totale concertation. Il n’y a pas d’effet de surprise. »

 

Pourtant, on se rappelle de l’inquiétude des salariés à l’annonce de l’instauration d’un plan de sauvegarde de l’emploi début 2011.

« Ce plan n’a pas été sans conséquence. Outre les départs et licenciements, il a également détérioré l’ambiance qui régnait au sein de la société.

 

Ce genre de démarche marque forcément les esprits », rappelle Régis Criton. Et de poursuivre : « Aujourd’hui, nous en sommes à 23 départs volontaires. Certes, le nombre est moins important que ce qui avait été annoncé au départ. De plus, parmi les employés concernés, même si certains n’ont pas encore retrouvé de travail, d’autres sont déjà en train de suivre une convention de reclassement ou sont partis exercer chez nos concurrents… », souligne le délégué syndical. « Mais la situation actuelle est loin d’être rose. »

 

Une situation que les dirigeants de Savoye ne voient pas du même œil. « Nous comprenons que les gens soient inquiets. Jusqu’ici les difficultés ont été contrées, mais nous ne sommes pas à l’abri », souligne Rémy Jeannin. « Mais de toute manière, cette restructuration était nécessaire. Sur le marché de la logistique, nous devons nous adapter rapidement. Il y a beaucoup de concurrence, de contrats…

 

Cela passe donc forcément par des réajustements d’effectifs. » Des propos confirmés par Joël Foulon, le directeur du site de Ladoix-Serrigny : « Il n’y a pas d’inquiétudes à avoir. Les salariés qui changeront de site, et donc de poste dans certains cas, recevront une formation. C’est une valeur ajoutée pour eux et cela nous permettra, à nous, d’améliorer notre compétitivité et de nous concentrer un peu plus sur des activités de recherche et de développement. C’est de cette façon que l’on réussira à tirer notre épingle du jeu. » Une restructuration qui permettrait donc aux deux sites restants encore en course d’être plus performants. « Cette décision correspond parfaitement aux obligations d’une “usine intelligente” », ajoute Joël Foulon, dont le site de Ladoix-Serrigny s’apprête à accueillir une vingtaine de salariés supplémentaires. « Cette restructuration et ce regroupement sur les deux sites restants vont également contribuer à rassembler les équipes, à les uniformiser.

 

Au final, on travaille tous sur le même projet. Cette décision est donc cohérente et va permettre ainsi de mieux répondre aux attentes des clients. » Une explication qui ne semble pas satisfaire le délégué syndical. « Oui, les salariés épargnés auront peut-être du boulot et seront intégrés dans une nouvelle équipe.

 

Mais aujourd’hui, ils sont plusieurs à devoir faire plus de 100 kilomètres par jour pour venir travailler à Ladoix-Serrigny, c’est complètement aberrant. Certains vont peut-être démissionner, usés par une telle situation », fait remarquer Régis Criton.

 

Lien vers le site du Bien public

http://www.bienpublic.com/edition-de-beaune/2011/12/17/un-nouvel-elan-pour-savoye

 

 

Commenter cet article