Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Force Ouvrière de Côte d'Or

Union Départementale des syndicats Force Ouvrière de Côte d'Or,2 rue Romain Rolland,Téléphone : 03 80 67 11 51, Fax : 03 80 67 01 10, E-mail : udfo21@force-ouvriere.fr, 21 000 DIJON

Elections professionnelles du 4 décembre : les syndicats en campagne

Publié le 18 Octobre 2014 par FOCOTEDOR in syndicats, Elections professionnelles

Elections professionnelles du 4 décembre : les syndicats en campagne

C'est du jamais vu dans l'histoire de la fonction publique : le 4 décembre, tous les agents, soit près de 5,4 millions de personnes, sont appelés aux urnes simultanément pour les élections professionnelles, un scrutin qui mobilise fortement les syndicats.

« La population amenée à voter équivaut à la population du Danemark ! » a souligné récemment la ministre de la Fonction publique Marylise Lebranchu pour illustrer l’ampleur inédite de cette consultation. Les agents des trois versants de la fonction publique (Etat, territoriale et hospitalière) sont en effet invités à voter, qu’ils soient titulaires ou non, comme c’est le cas pour environ 900 000 d’entre eux.
Lors du dernier scrutin en 2011, la territoriale n’avait pas participé.

55 % de taux de participation en 2011 - Le ministère a édité un badge « Je vote » pour inciter à se rendre aux urnes, y voyant un enjeu « pour l’efficacité et la qualité du dialogue social ». En 2011, la participation avait atteint 55 %, contre 64 % en moyenne lors des précédentes élections.

Ces élections tiennent compte des nouvelles dispositions sur la représentativité syndicale depuis la loi du 5 juillet 2010 sur la rénovation du dialogue social. Les agents vont désigner pour 4 ans leurs représentants au sein de différentes instances, équivalentes aux comités d’entreprise du privé, comme les comités techniques ou les commissions administratives paritaires.

Renouvellement de près de 22 000 instances - Au total, ce sont près de 22 000 instances qui seront renouvelées. Pour pouvoir négocier des accords, les syndicats devront obtenir des sièges dans ces instances.

Toutes fonctions publiques confondues, la CGT est aujourd’hui en tête avec 25,4 %, devant la CFDT (19,1 %) et FO (18,1 %). Lors du dernier scrutin, ces organisations avaient progressé au détriment des plus petites structures, l’Unsa (9,3 %), la FSU (8,2 %), Solidaires (6,6 %), la CFTC (4 %), la CGC (2,9 %), la FA-FPT (2,5 %) et la FGAF (0,7 %).

Pour les syndicats, qui défendent aussi leurs moyens, l’enjeu est de taille. Tous battent le rappel depuis des mois pour mobiliser les agents. « Ces élections se déroulent sur fond de grandes insatisfactions sociales après des années de gel des salaires des fonctionnaires et agents publics, de suppressions massives d’emplois, de précarité galopante, de remises en cause des missions et des budgets publics qui leur sont affectés », relève la CGT qui organise une série de meetings d’ici décembre en présence de son secrétaire général Thierry Lepaon.

Son homologue de la CFDT Laurent Berger s’investit également. Il s’est déjà rendu auprès d’agents de Seine-Saint-Denis et d’Avignon. Il ira prochainement au CHU de Nantes, à la prison de Toulon ou encore au ministère de l’Education nationale. Sur son blog, il témoigne de ces rencontres, refusant l’idée que les fonctionnaires « seraient seulement un coût, un boulet pour notre pays ».

Du côté de FO, qui avait conquis en 2011 la première place dans la fonction publique d’Etat en détrônant la FSU, première fédération de l’Education, le numéro un Jean-Claude Mailly a récemment publié un livre baptisé « Il faut sauver le service public ».
Mais la secrétaire générale de la FSU Bernadette Groison a fait de même avec « En finir avec les idées fausses sur les fonctionnaires et la fonction publique ». « Pour nous, l’enjeu est simple : être présent dans la territoriale et reprendre la première place dans la fonction publique d’Etat », confiait-elle récemment.
Le syndicat, qui avait pâti en 2011 d’une forte chute de la participation des enseignants, invités à voter pour la première fois par voie électronique, estime que le scrutin « se présente mieux ».

Premiers résultats attendus le 9 - Pour ne pas être polluées par ces élections, les négociations en cours, comme celle sur les carrières et rémunérations, seront mises sur pause en décembre.
D’après le ministère, le taux de participation devrait être annoncé le 5 décembre et les premiers résultats partiels permettant d’établir la représentativité nationale, le 9.

Commenter cet article